17/09/2006 Fete de l'Huma

Retrouvez ici les revues de concert des internautes de la tournée "Reprise des négociations" : 2005 (promo pour la sortie de l'album) et surtout 2006 pour la vraie tournée puis quelques participations de ci de là en 2007 et 2008 (pré sortie de l'album "Infréquentable")

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Avatar du membre
JeanJean2000
Futur(e) Bénabarge ?
Messages : 17
Enregistré le : 13 janv. 2006 14:48

17/09/2006 Fete de l'Huma

Message par JeanJean2000 »

JeanJean2000 le 17/09/2006 a écrit :C'était trop gitchi gitchi ya ya da da cette année. Le fest noze super ! Diam's, j'ai gesticulé mes bras comme un neuneu ! Wax Tylor trop bien ! Les têtes raides super détendu ! Raphael (qui ?) et Cali pas vu. Bénabar en forme mais trop mou mou pour clôturer 3 jours de fêtes, des débats sans queue ni tête et des jolies filles (sans queue.. :oops: )

Il me reste encore des chips (paquet ouvert) qq'un en veut ?
Avatar du membre
Stef'
En bénabarboteuse...
Messages : 197
Enregistré le : 06 juil. 2005 2:00
Localisation : Saturne

Re: 17/09/2006 Fete de l'Huma

Message par Stef' »

Stef' le 17/09/2006 a écrit :apres avoir supporté les sketchs de MGB (ah bon c'est pas censé être drôle? :roll: ) un Bénabar qui est venu saluer le public de droite qui l'attendait chaleureusement en agittant leurs chaines.
Voici la set list

Tu peux compter sur moi
A notre santé
Bruxelles
La berceuse
Adolescente(avec Carmen bien sur :) )
Le diner
Majorette
4 murs et un toit
Maritie et Gilbert Carpentier
Sac à main
Il y'a une fille qui habite chez moi
Dis lui oui
QQTV
Les épices du souk du Caire

et en rappel

Les mots d'amour
L'itineraire

Une set list raccourcie, celle des festivals quoi....dommage.
Pour ce plaisir qui nous dépasse
Avatar du membre
Ananais
Un album sur Colette et l'apéro à 17°
Un album sur Colette et l'apéro à  17°
Messages : 1552
Enregistré le : 24 févr. 2006 0:20
Localisation : dans la ville Lumière
Contact :

Re: 17/09/2006 Fete de l'Huma

Message par Ananais »

Ananais le 17/09/2006 a écrit :Bah pour moi c'était la première fête de l'Huma... :jumpy: :jumpy:
J'ai trouvé que l'ambiance était franchement super sympa. Je n'ai pas pu y aller vendredi et je le regrette. Le concert de Cali était très péchu et franchement sympa. J'ai bien aimé aussi les Têtes Raides. Raphael ça s'écoutait mais je suis loin d'être fan :roll: ... Et puis finalement, le concert de Bénabar qui moi m'a beaucoup plu, je trouve qu'il a bien assuré :jumpy: . En plus, j'étais avec une de mes meilleures copines qui n'aimait pas du tout Bénabar :shock: (faut voir ce qu'elle en disait...) et là je crois qu'elle a été conquise :D !! Elle m'a même demandé de lui passer les disques et le DVD live. Je suis trop contente!!!!
Sinon au niveau des débats et des discours j'ai trouvé que ça tournait un peu en rond :roll: ... rien de très convaicant, j'espère que le débat va un peu évoluer sinon ça promet pour les éléctions :!:
Quand je veux m'jetter du pont du Carroussel
Je me dis finalement non la vie est belle
Quand quelqu'un me dit Dieu que la vie est belle
J'voudrais me jeter du pont du Carroussel
Avatar du membre
juma
3h10 pour....
Messages : 406
Enregistré le : 13 oct. 2005 1:16

Re: 17/09/2006 Fete de l'Huma

Message par juma »

juma le 19/092006 a écrit :Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image



:mrgreen:
Avatar du membre
Ananais
Un album sur Colette et l'apéro à 17°
Un album sur Colette et l'apéro à  17°
Messages : 1552
Enregistré le : 24 févr. 2006 0:20
Localisation : dans la ville Lumière
Contact :

Re: 17/09/2006 Fete de l'Huma

Message par Ananais »

Ananais le 19/09/2006 a écrit :Merci Juma: elles sont super sympa tes photos :jumpy: ... et puis tu étais beaucoup mieux placée que moi :cry: . Enfin ça me fait de supers souvenirs!!! :-x-:
Quand je veux m'jetter du pont du Carroussel
Je me dis finalement non la vie est belle
Quand quelqu'un me dit Dieu que la vie est belle
J'voudrais me jeter du pont du Carroussel
Avatar du membre
sacha
En bénabarboteuse...
Messages : 235
Enregistré le : 29 mars 2006 20:18
Localisation : bordeaux

Re: 17/09/2006 Fete de l'Huma

Message par sacha »

sacha le 19/09/2006 a écrit :voici une interview de ben a l'occasion de la fete de l'huma

http://www.humanite.fr/journal/2006-09- ... -07-836251
est ce de ma faute a moi
si j'aime le cafe et l'odeur du tabac
me coucher tard la nuit me lever tot l'apres midi
aller au resto et boire des aperos
Avatar du membre
Stef'
En bénabarboteuse...
Messages : 197
Enregistré le : 06 juil. 2005 2:00
Localisation : Saturne

Re: 17/09/2006 Fete de l'Huma

Message par Stef' »

Pour ce plaisir qui nous dépasse
Avatar du membre
Noush
En bénabarboteuse...
Messages : 388
Enregistré le : 21 févr. 2005 11:55
Localisation : Versailles style
Contact :

Re: 17/09/2006 Fete de l'Huma

Message par Noush »

Noush le 22/09/2006 a écrit :Voici quelques photos d'un bénabarboteur pas souvent sur le forum (NeshO) bénévole à la fête de l'huma:

La fête de l'huma version slide show

Ou version jme ballade tranquillement sur flickr

Enjoy ;)
Avatar du membre
bouiboui
Fallait pas l'inviter !
Messages : 360
Enregistré le : 19 avr. 2004 21:03
Localisation : Batracie

Re: 17/09/2006 Fete de l'Huma

Message par bouiboui »

bouiboui le 22/09/2006 a écrit :
L'Humanité a écrit : Bénabar : « Fête de l?Humanité
Sur scène, on a envie de se dépasser »

Grande scène
Dimanche 17 septembre, 17 heures . Avec ses histoires inspirées du quotidien, il symbolise la nouvelle chanson française. Véritable showman, il sera dimanche la vedette de la grande scène.

Il a l’art de raconter des petites histoires inspirées du quotidien, d’analyser les sentiments et la carte du Tendre, avec des mots simples. Une prose directe qui a l’avantage de réunir un large public. Bénabar est certainement un des chanteurs les plus populaires de sa génération. Dimanche, la foule de la Fête de l’Humanité sera là, au grand complet, pour accueillir celui qui, à trente-sept ans, symbolise la « nouvelle chanson française ». Avec son costar très classique et sa chemise blanche, Bénabar ferait presque rétro, mais dès que le petit taureau - comme dirait Claude Nougaro - déboule sur scène, on passe du music-hall au barnum. Avec au milieu de la piste aux étoiles, un grand monsieur de la chanson qui force le respect. Chanteur, comédien, clown, conteur… Il est tout cela à la fois. Un artiste qui ne ménage pas son énergie pour faire vivre des mots porteurs d’imaginaire, à l’image de l’univers de son dernier album Reprise des négociations. Un titre emprunté au vocabulaire syndical qui va comme un gant à la Fête.

Avez-vous des souvenirs personnels de la Fête de l’Humanité ?

Bénabar. Je ne suis jamais allé à la Fête, ni en tant que spectateur, ni en tant qu’artiste. J’en ai l’idée d’un endroit où il y a beaucoup de public où c’est super d’aller jouer. La Fête, c’est une espèce de truc installé par rapport à l’Huma, aux communistes, avec un côté festif très populaire.

Lors d’une tournée, est-ce que l’on tient compte du contexte dans lequel on se produit ?

Bénabar. Je crois justement que ça ne sert à personne d’être comme ça. Et je ne dis pas cela, pas tant pour la Fête de l’Huma, un lieu où je ne me sens pas en danger vis-à-vis de mes opinions. Par exemple, à Solidays où on peut se poser des questions avec des causes très lourdes, je crois que le seul truc qu’on peut apporter, c’est d’essayer de faire le mieux possible notre boulot. Après, les gens, sur place, s’occupent de ce qu’ils ont à faire, de sensibiliser le public, et dans le cadre de la Fête de l’Humanité, de faire réfléchir les gens, de faire en sorte qu’ils ne votent pas à droite. En tant que chanteur, l’important, c’est d’essayer de rester à sa place.

Vous donnez énormément de concerts chaque année. D’où tirez-vous votre énergie et comment faites-vous pour résister à un tel rythme ?

Bénabar. Ce n’est pas évident, mais franchement, ce n’est pas un boulot très dur en soi. Il y a deux heures et demie de show où il faut être concentré et bouger, mais bon, on m’emmène en bus, tout le monde est gentil avec moi… C’est supportable. Étant d’un naturel plutôt nerveux, la pression je la ressens. Lors du concert finalement, c’est le moment où la pression est la plus saine. Il s’agit d’assurer devant les gens, de bien jouer de la musique, de se marrer avec les musiciens… Tout cela est assez sain. La pression la plus dure, elle est par rapport à la promo, aux émissions de télé où on doit faire attention à l’image. Alors que sur scène, au moins, on fait son boulot.

C’est un moyen de se recharger ?

Bénabar. C’est dit et redit, mais cela apporte vraiment quelque chose. Quand on monte sur scène, qu’on a le privilège que les gens viennent vous voir - ce, quelle que soit l’importance de la salle, grande ou petite - on a envie de convaincre. C’est le désir de se dépasser. C’est un truc vrai. Il arrive souvent qu’on soit fatigué, déprimé avant, et une fois devant les gens, on oublie tout.

On dit souvent que votre univers à un caractère festif. En même temps, certaines de vos chansons sont désenchantées, voire sombres…

Bénabar. Je crois à la notion de spectacle. Mais il m’arrive aussi d’être triste. Je le raconte dans mes chansons. Mais j’essaie aussi de ne pas aller que là-dedans. J’aime raconter des choses parfois un peu désenchantées ou tristes, mais en même temps avec des cuivres, en bougeant, en ayant une chanson un peu rigolote ou légère pour contrecarrer le truc. Sinon, c’est vrai que je suis plus souvent concerné que béat de bonheur.

Vous vous inspirez souvent du quotidien de la vie. Vous reconnaissez-vous dans l’expression « chanteur à textes » ?

Bénabar. Sans jugement de qualité sur mes textes, je crois l’être. Ça ne veut pas dire qu’ils sont mortels, mais j’accorde beaucoup d’importance aux mots. C’est central. C’est ne pas chanter n’importe quoi, avoir quelque chose à raconter.

Quels sont les thèmes dans lesquels vous vous retrouvez ?

Bénabar. C’est très égocentrique, nombriliste comme truc. C’est un peu ce que je ressens autour de moi. Ça peut partir aussi d’une simple imagination en créant des petites situations qui me semblent révélatrices ou amusantes. Un môme qui apprend à faire du vélo et qui se casse la figure, un mec qui part à la retraite… Des petits moments qui me semblent correspondre à une chanson de trois minutes où je vois le moyen de brosser un portrait. C’est raconter des petites histoires.

Comment vivez-vous le faire d’être considéré comme le « chef de file » de la nouvelle chanson française ?

Bénabar. Ça me fait plaisir, mais ce n’est pas vrai malheureusement. J’aimerais bien être « chef » de quelque chose (rires), le « grand patron de la chanson française » ! C’est une facilité de journaliste. Ce n’est pas du tout fondé, bien entendu. J’ai essayé de commander, mais ça n’a pas marché…

En même temps, il y a un côté générationnel chez vous et d’autres chanteurs tels Arthur H, Cali et d’autres, qui traduit certainement une nouvelle approche de la chanson…

Bénabar. Il y a certaine choses qui nous rapprochent avec effectivement un côté « nouvelle génération ». On a peut-être une façon différente de considérer le monde, qui n’est plus le même aujourd’hui qu’il ya trente ans. On a un rapport différent au show-biz, à la place du chanteur, le côté lunettes de soleil-Mercedes. Arthur H n’est pas là-dedans, Delerm, Sanseverino non plus. Il y a de la méfiance par rapport à ce truc-là, même si ça ne nous empêche pas de faire de la télé et d’être très contents quand on reçoit les chèques de la Sacem. Je ne crache pas dans la soupe. Mais le côté boite de nuit, les filles… On n’y croit plus trop. Ça nous fait moins marrer. Je crois qu’on est dépucelé du mythe du rocker avec la bouteille Jack Daniels sur le piano. Toute l’imagerie, cette espèce de folklore, personnellement, ça ne me fait pas délirer.

Avant de vous lancer dans la chanson, vous rêviez d’un parcours lié à l’image et au court métrage. Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir chanteur ?

Bénabar. L’écriture. J’avais écrit pour des courts métrages, pour la télé, travaillé sur des scénarios. De fil en aiguille, je me suis retrouvé à écrire des chansons. Ce qui est assez logique somme toute. Mais le vrai déclic, ça a été la scène - à l’époque un bistrot -, le fait d’interpréter des chansons devant des gens, qui se passe un truc, de défendre sa chanson. Il y avait aussi sûrement des raisons moins nobles, le fait d’être applaudi, regardé. Après, tout se mélange. Mais d’abord, c’est le fait d’interpréter mes chansons, de faire de la scène qui a été primordial. J’avais envie d’y retourner.

Faut-il voir dans vos histoires une manière de prolongement de vos premières amours pour le cinéma ?

Bénabar. Je le crois. C’est plus de la chanson d’auteur que de musicien. Il y a une forme presque académique : couplet, refrain et si possible avec une chute. C’est un peu le modèle qu’il y a dans les scénarios, dans certains romans mais aussi dans les histoires drôles. Tout cela est finalement assez cousin.

Quel sens donnez-vous au titre de votre dernier album, Reprise des négociations ?

Bénabar. Quand on sort un nouvel album, on flippe toujours un peu. On espère que les chansons plairont aux gens. À chaque fois, c’est un peu une forme de « négociation », car on demande beaucoup au public. Je voulais un titre, qui ne soit pas poétique, mais inscrit dans le réel, emprunté au vocabulaire syndical.

Quelle lecture faites-vous de Qu’est-ce tu voulais que je lui dise ?, une chanson qui a une connotation sociale ?

Bénabar. C’est une chanson qui m’a fait poser des questions. Il est difficile de parler de la vie des gens malgré eux. C’est toujours tordu, parce qu’on peut avoir un côté donneur de leçons être indécent dans la mesure où, chanteur, on a une vie hautement privilégiée… En même temps, ce n’est pas parce que tout va bien pour soi, qu’il faut oublier les SDF. Pour moi, c’est vraiment une chanson sociale où je n’apprends rien à personne, ne donne pas de leçon, ni de solution. Elle dit que les choses sont dures. Il y a un constat assez sombre, volontairement « no future », même si je ne suis pas comme ça. Cette chanson exigeait cela. C’est un peu, c’est pourri, parce qu’on est tous pourris.

Vous ne faites pas mystère de vos sympathies pour la gauche. Qu’attendez-vous d’un candidat à l’élection présidentielle ?

Bénabar. Déjà, qu’il ne soit pas de droite. Cela me semble tout à fait indispensable. Ensuite, ça peut paraître simpliste, mais c’est vrai, qu’on ait quelqu’un de gauche, donc, pour moi, du PS. Voter utile, c’est le premier truc notamment au regard de l’expérience des dernières élections. Je crois à la gauche de gouvernement. Il faut appliquer une politique de gauche réaliste, sans renoncer à certains idéaux. La gauche ne doit pas que s’adapter au monde libéral, mais défendre des vraies idées. Les services publics, le non-cumul des mandats, le vote des immigrés, les impôts, les profs, les infirmières, la justice… Il faut avoir deux trois trucs intouchables avec une philosophie de la société. L’égalité des chances qui n’existe pas aujourd’hui, tous les gosses doivent pouvoir avoir accès à l’éducation. Sur la politique du logement, on voit qu’il n’y a pas assez de logements sociaux. Ce serait bien de revenir à zéro sur des dossiers comme ceux-là qui ont été massacrés par la droite.

Que reprochez-vous à la droite ?

Bénabar. De mépriser la République. C’était frappant au moment du CPE. Je reproche à la droite d’être clientéliste, son côté bricolage. Ce qui est hallucinant, c’est Sarkozy qui prétend incarner la rupture alors qu’il est le fruit du RPR. Il est le maire de Neuilly, il a été formé par Charles Pasqua et Jacques Chirac… C’est prendre les gens pour des imbéciles. On a l’impression que le seul objectif du pouvoir, c’est d’y rester. Tout le monde sait bien qu’entre Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy, c’est uniquement pour être à l’élection présidentielle, le candidat de la majorité. Alors qu’ils ont d’autres missions beaucoup plus nobles, étant au gouvernement. On sent bien qu’ils n’en ont rien à faire du peuple français, qu’ils sont juste en train de préparer leur campagne. C’est déshonorant pour eux et la place qu’ils occupent. Pour moi, c’est une haute fonction d’être premier ministre ou ministre de l’Intérieur. Corrompre à ce point les institutions pour son propre petit destin personnel, je trouve ça scandaleux.

On sent que vous vous passionnez pour la politique. Paradoxalement, vos chansons ne sont pas le reflet de vos engagements…

Bénabar. C’est un sujet de passion, pour moi, la politique. Mais, c’est comme un pâtissier coco, il ne va pas forcément mettre un marteau et une faucille sur tous ses gâteaux ! (rires). Il faut que ses pâtisseries soient bonnes et après il a ses opinions. Moi, c’est un peu pareil. Je ne me sens pas le droit d’ennuyer les gens avec mes opinions, même si dans mes chansons des choses sont dites et qu’on se doute que je ne suis pas de droite. La politique, ça appartient à tout le monde. Un chanteur n’a pas plus d’importance qu’un autre. Je ne me sens pas le droit de dire, devant des milliers de personnes, ce qu’il faut faire, voter. Justement parce que je crois au suffrage universel. Un vote vaut un vote.

Entretien réalisé par Victor Hache
I am definitively attered
J'ai perdu mes LL pour m'envoler
Avatar du membre
Stef'
En bénabarboteuse...
Messages : 197
Enregistré le : 06 juil. 2005 2:00
Localisation : Saturne

Re: 17/09/2006 Fete de l'Huma

Message par Stef' »

Stef' le 22/09/2006 a écrit :Encore de belles photos de la fête à Lénine.

http://www.photosconcerts.com/index.php ... 209&stat=1

Il a l'air un peu fatigué le peperre tout de même vous trouvez pas? Ses yeux devraient se rendre ils sont cernés.
Pour ce plaisir qui nous dépasse
Avatar du membre
Num
CapelloNum, mo(déra)teur de recherche
CapelloNum, mo(déra)teur de recherche
Messages : 12712
Enregistré le : 01 mars 2003 13:45
Localisation : Qqpart sur Google Earth
Contact :

Re: 17/09/2006 Fete de l'Huma

Message par Num »

lockuhome en invité le 23/09/2006 a écrit :Bonjour,
Quelques photos du concert sur mon site.
Si vous avez aimé mes photos et pour pouvoir agrandir mon site, cliquez sur une pub de mon site.
Merci

http://www.photosconcerts.com/index.php ... 222&stat=1
Num héros vert ou héros de charme, ça dépend du T shirt
Tcqvépêrcv
"Is it that hard to make us look cool?" Jeff Bebe
Avatar du membre
Num
CapelloNum, mo(déra)teur de recherche
CapelloNum, mo(déra)teur de recherche
Messages : 12712
Enregistré le : 01 mars 2003 13:45
Localisation : Qqpart sur Google Earth
Contact :

Re: 17/09/2006 Fete de l'Huma

Message par Num »

volubilis en invité le 25/09/2006 a écrit :quelques photos prises lors de la fete de l'huma

http://www.volubilis.net/festivals/fete ... bar_01.php
Num héros vert ou héros de charme, ça dépend du T shirt
Tcqvépêrcv
"Is it that hard to make us look cool?" Jeff Bebe
Répondre