Un peu de théâtre

Retrouvez ici des discussions animées où l'on parle bien sur de Bénabar, mais aussi de bien d'autres choses.

Si vous êtes perdus, cliquez ici et suivez le "Guide" (pas encore remis à jour pour la version phpbb3)
Une question à poser sur Bénabar ou sur le forum? Vérifiez qu'elle n'a pas déjà été posée

Modérateur : Modérateurs

Règles du forum
Pas encore le temps de faire une annonce digne de ce nom, pour l'instant je vais au plus rapide.

Le guide (pas encore mis à jour pour phpbb3 mais y a plein d'infos utiles aussi sur Bénabar et le forum qui sont toujours d'actualité) c'est . Pour voir si on n'a pas déjà répondu à votre question (si vous vous la posez, d'autres l'ont peut être déjà fait avant... et le moteur de recherche est pas terrible pour tout ce qui est avant avril 2008) c'est par .

Les présentations (et autres liens) c'est


Pour retrouver les posts de l'ancien forum (méthode d'installation) c'est ici
Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 06 mars 2008 0:33

Lyla, à  11 heures 47, a écrit :C'est un rôle génial qui me permet d'utiliser pleins de couleurs de jeux: je crie, je ri, je pleure (et je bois et fume - cigarette ET joint- aussi). Enfin c'est le pied quoi...
:jumpy:
Lyla, à  minuit 15, a écrit :Bref c'est vraiment la catastrophe, qu'on ne dise pas que le boulot d'actrice est facile hein...
Bon alors, Lyla, en définitive, c'est un rôle génial ou c'est vraiment la catastrophe ? :?

jujuju
Buveuse abusive de Chartreuse
Messages : 2225
Enregistré le : 09 juil. 2007 16:59
Localisation : Paris

Message par jujuju » 06 mars 2008 0:36

ccl a écrit :
Lyla, à  11 heures 47, a écrit :C'est un rôle génial qui me permet d'utiliser pleins de couleurs de jeux: je crie, je ri, je pleure (et je bois et fume - cigarette ET joint- aussi). Enfin c'est le pied quoi...
:jumpy:
Lyla, à  minuit 15, a écrit :Bref c'est vraiment la catastrophe, qu'on ne dise pas que le boulot d'actrice est facile hein...
Bon alors, Lyla, en définitive, c'est un rôle génial ou c'est vraiment la catastrophe ? :?
Génialement catastrophique
Vive.

Avatar du membre
ln.miaoum
Garce y mord - Abracadabra
Messages : 1539
Enregistré le : 02 mai 2006 1:22
Localisation : à  l'Ouest (d'LN)

Message par ln.miaoum » 06 mars 2008 12:17

Lyla a écrit :
Alors la pièce s'intitule "5 filles couleur pêche" et a été écrite par Alan Ball connu notamment pour avoir signé le scénario d'American Beauty et ceux de la série Six Feet Under.
Rien que ça, ça donne envie!!!
The notion of picking one time of year to be decent to other people is obscene because it's actually validating the notion of being miserable wretches the rest of the year.

Avatar du membre
Lyla
Bénabarge
Bénabarge
Messages : 804
Enregistré le : 26 nov. 2006 12:54
Localisation : 69300

Message par Lyla » 06 mars 2008 13:22

jujuju a écrit :
Génialement catastrophique
C'est exactement ça, le rôle est génial mais se balader quasi à  poil euh... :?
Forum officiel d'Alexis HK: http://alexishk.aceboard.fr

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 19 mars 2008 3:16

LECTURE D'EXTRAITS DU JOURNAL D'HÉLÈNE BERR

Dimanche, nouvelle visite au Théâtre du Rond-Point, cette fois pour une lecture d'extraits du Journal d'Hélène Berr par Isabelle Carré et Sophie Neveu
(que je ne connaissais pas, mais elle gagne à être connue).

Image


Je n'ai pas (encore) lu le Journal d'Hélène Berr :rougit: (paru en janvier dernier), alors je laisse la parole à  ceux qui l'ont lu...
Raphaël Sorin a écrit :C'était une jeune Française et juive, née à  Paris en I921, morte à  Bergen-Belsen, en avril 1945. Ses parents furent déportés avec elle et périrent en juillet et septembre 1944. Vous vous souviendrez de son nom, Hélène Berr, puisque Tallandier publie son Journal en janvier prochain, avec une préface de Patrick Modiano, et que ce fut l'événement de la dernière foire du livre à  Francfort.

Le Journal commence le 7 avril 1942 quand elle revient de chez Paul Valéry, au 40 de la rue de Villejust. Un paquet l'y attendait ; c'est un livre dédicacé d'une écriture très nette, à  l'encre noire : «Au réveil, si douce la lumière, et si beau ce bleu vivant.» On ne saura jamais de quel recueil il s'agissait. Et le Journal s'arrête à  Drancy le 15 février 1944 sur les derniers mots que prononce Kurtz, le héros d'Au cœur des ténèbres de Conrad : «Horror ! Horror ! Horror !»

Entre ces deux dates, on accompagne cette très brillante angliciste qui va de la rue Soufflot au boulevard Saint-Germain, lit Thomas Hardy ou Elizabeth Goudge, cite Shelley et Shakespeare. Elle rencontre un «garçon aux yeux gris», Jean Morawiecki. Ils écoutent du Bach et du Mozart et se fiancent. [...]


Il y a aussi, notamment, cet article et puis celui-ci...


Hélène Berr raconte dans son journal sa vie, c'est-à -dire la vie d'une jeune fille qui serait comme les autres s'il n'y avait la guerre, les Allemands, cette étoile jaune qu'elle se résout à  porter parce que c'est ce qu'il y a de plus courageux à  faire (« A ce moment-là , j'étais décidée à  ne pas le porter. Je considérais cela comme une infamie et une preuve d'obéissance aux lois allemandes. Ce soir, tout a changé à  nouveau : je trouve que c'est une lâcheté de ne pas le faire, vis-à -vis de ceux qui le feront. »), s'il n'y avait les déportations, le Vel' d'Hiv, Drancy - et après Drancy ?

Alors, cette lecture ? C'est une lecture « nue », si l'on peut dire - presque trop ? Mais comment pourrait-on faire spectacle de « ça » ? C'est sobre, terriblement sobre. Ce pourrait être plus déchirant ? C'est implacable. Beau aussi quand la guerre se fait (presque) oublier, quand l'enchantement amoureux devient, un instant, une journée, plus fort que tout... C'est de plus en plus glaçant à  mesure que les mois passent et que l'horreur se précise. Les déportations se multiplient et Hélène pressent que la sienne et celle de ses parents sont proches (ils font partie - terrible expression - de « la dernière fournée »...). Hélène entend des récits inimaginables qui disent une barbarie sans nom. Le texte nous laisse finalement au bord du gouffre. «Horror ! Horror ! Horror !»


Une petite photo...

Image










Prochaines visites au Rond-Point le 31 mars :love: et le 12 avril :love: ...



Image
Modifié en dernier par Cécilia le 21 avr. 2008 2:04, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 04 avr. 2008 0:29

Lundi soir, un petit tour au Théâtre du Rond-Point pour changer... :)

Je vais essayer de faire court, vu que ça ne doit pas intéresser grand monde... :rougit: En plus, c'est difficile de raconter un truc pareil...

Alors, voilà , ça a duré à  peu près 1 heure et demie (quand même...). Il fut question de théâtre (évidemment), de cinéma, du métier d'acteur (l'acteur, au théâtre, est un roi, alors qu'au cinéma, ce n'est - ce ne serait - qu'un pion - du moins, c'est ce que pense Pierre Arditi...), de la vie, de la façon dont la vie et le théâtre, soudain, peuvent se rejoindre. Arditi nous raconte par exemple comment, il y a une trentaine d'années, il s'est retrouvé à  dire par hasard au théâtre des mots que lui-même s'était dits peu de temps auparavant à  un moment difficile (c'est un euphémisme) de sa vie - je ne vous raconte pas le moment en question; je n'en reviens déjà  pas qu'il nous l'ait raconté... Il nous a d'ailleurs avoué qu'il nous disait des choses qu'il ne nous dirait jamais s'il nous rencontrait individuellement dans la rue ! Il nous a dit des choses quand même très personnelles... Et nous a avoué qu'il livrait finalement plus de lui en jouant que dans la vie... Il a beaucoup été question du temps qui passe et de la répercussion que cette angoisse de la fin qui se rapproche inéluctablement (ce
« butoir » qu'il dit voir désormais au bout du chemin, maintenant qu'il a vécu plus que ce qu'il lui reste à  vivre... :? )
peut avoir sur son travail, c'est-à -dire sur son hyperactivité. C'est parce que le temps est compté qu'il en fait toujours plus. Il a ainsi fait ce calcul : s'il lui reste, disons, 20 ans, s'il joue une pièce par an, cela fait 20 pièces. 20 pièces, c'est ridicule (pour lui...). Mais avec 4 pièces par an... Il nous raconte comment il a le sentiment (évidemment illusoire), sur scène, d'être « indestructible »...

En bref, 90 minutes magnifiques, troublantes, tétanisantes parfois (quand même, Arditi nous dit des choses vraiment intimes et d'autres assez violentes (parfois les deux à  la fois) - on ne l'a pas attendu pour savoir qu'on était mortel, mais bon, on essaie de ne pas y penser tout le temps... :( ), hypnotiques souvent (c'est tout de même un acteur qu'on a devant nous, c'est-à -dire un homme qui sait « tenir » un auditoire...). Autrement dit, 90 minutes assez bouleversantes (bouleversantes et puis aussi :love:).
Modifié en dernier par Cécilia le 21 avr. 2008 2:15, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Num
CapelloNum, mo(déra)teur de recherche
CapelloNum, mo(déra)teur de recherche
Messages : 12689
Enregistré le : 01 mars 2003 13:45
Localisation : Qqpart sur Google Earth
Contact :

Message par Num » 12 avr. 2008 23:55

Festen, d'après Thomas Vinterberg, mis en scène par Christian Denisart (agenda jusqu'en mai, quasi qu'en Suisse...)

Oui le film de 1998 (prix du Jury de Cannes) a été adapté en pièce de théâtre. Il s'y prêtait vraiment bien je trouve (unité de lieu, temps et action). Le film fait partie du Dogme95 crée (pour de rire un soir de beuverie?) par son auteur et Lars Von Trier, donc caméra à  l'épaule, pas de lumières autre que naturelles, pas de musique, pas de maquillage spécial... bref un côté brut et cru qui marque durablement (parce que y a un très bon réalisateur derrière aussi).

Au théâtre, c'est particulier car les sièges sont en forme de U. Au milieu de ce U, il y a la table à  manger et au bout des branches du U, une scène (pour les apartés, chambres, entrée, cuisine etc). Les spectateurs sont vraiment très près des acteurs (j'étais à  moins de 2m de la mère) et y a même 4 spectateurs volontaires qui font les convives. La troupe est constituée d'acteurs pro confirmés, d'acteurs pro débutants, de pro en improvisation.... Bref le stratagème est déroutant mais rend justice à  l'esprit du film.

L'histoire car il y en a une ;)
allociné a écrit :Tout le monde a été invité pour les soixante ans du chef de famille. La famille, les amis se retrouvent dans le manoir d'Helge Klingenfelt. Christian, le fils aîné de Helge, est chargé par son père de dire quelques mots au cours du dîner, sur sa soeur jumelle, Linda, morte un an plus tôt. Tandis qu'au sous-sol tout se prépare avec pour chef d'orchestre Kim, le chef cuisinier, ami d'enfance de Christian, le maître de cérémonie convie les invités à  passer à  table. Personne ne se doute de rien, quand Christian se lève pour faire son discours et révéler de terribles secrets.
Christian a réussi sa vie professionnelle (pas sentimentale en revanche), il a deux restos à  Paris et va en ouvrir un à  Lyon, il revient exprès pour les 60 ans de son père. Il est classe, nerveux (on le serait à  moins) mais prêt. Son jeune frère Michael (non invité) apparaît débraillé, colérique, beauf, traitant assez mal sa femme et sa fille. La soeur Helen est enjouée, le patriarche est très charmeur, sa femme, très pro.

C'est fortement dérangeant, mais c'est fait pour

Et soudain... c'est le drame. Ou justement pas. Et c'est fascinant. Car forcément on se dit "comment je réagirais moi dans telle situation?". On voit que la famille peut être un cercle très conservateur qui préfère rester dans un déni confortable et virer l'élément perturbateur. Ledit élément perturbateur n'est pas non plus parfait (la fuite à  Paris alors que sa jumelle souffrait...). La jumelle est d'ailleurs très présente (et les fantômes sont rancuniers). Les appuis de Christian sont les domestiques et l'étranger à  savoir l'ami d'Helen (toujours si excentrique) qui est noir (dans le film), maghrébin (ce soir) et qui se fait traiter "d'Oussama" puis qui a le droit d'entendre un charmant chant bien raciste repris en choeur par quasiment toute cette "gentille" bourgeoisie danoise. Le maitre de cérémonie est très "the show must go on" alors que la mère, au mieux, ferme les yeux sur les agissements de son mari.
L'ambiance est étouffante surtout que Christian insiste malgré le déni de plein de gens (même des proches). Bref la fête est gâchée, mais bon "heureusement" en "fête". La petite de 10 ans (qui n'est pas là  par hasard non plus...)a un album de "Martine" intitulé "La surprise", hahaha, joli ;)


un spectateur du film, sur Allociné a écrit :Ah... les fêtes de famille! "Festen", c'est votre pire cauchemar (ou votre pire fantasme): au cour de l'anniversaire de son père, alors que toute la famille est réunie, Christian se lève et commence des révélations pour le moins terrifiantes... Ce film danois atteint des sommets de cruauté psychologiques, à  pleins de niveaux différents. Un seul personnage rejette l'hypocrisie, un seul personnage pour s'attaquer aux murailles bourgeoises. Dans un premier temps cette société dénie ces révélations puis tient tête, refusant de se laisser abattre. D'un côté comme de l'autre, il y a la rage d'écraser l'autre, une lutte implacable pour garder la face ou aller jusqu'au bout d'un aveu salutaire. Même ceux qui ne sont pas directement impliqués sont obligés de prendre un camp, et pourtant tellement voudraient fuir...Le maître de cérémonies, symbole de fausseté, est un des personnages les plus glaçants: la manière dont il relance sans cesse la fête et les invités est surréaliste. Tous les personnages sont incontrôlables, on frémit sans arrêt et on est rarement déçu. Qui détester le plus? Le frère qui se révèle à  la fois violent, raté, et raciste, ou la mère qui ne laisse rien transparaître, toute en violence contenue? Plus la machination de Christian avance par ses aveux, plus on comprend dans le comportement des personnages l'absolue vérité de ses aveux. Tant qu'on ne sait rien, on ne se doute de rien. Très vite, l'horreur se lit dans les yeux de l'entourage, et c'est fa-sci-nant. Le film place tout le temps le spectateur dans une position hautement inconfortable, relayant la caméra dans le coin du plafond ou dans la cheminée.. On est jamais à  notre place et le malaise est à  son comble. Il y a une présence impalpable mais qui guide habite le film: celle de la soeur suicidée Ilda, qui guide son frère Christian. Ce film et ses fantômes vous poursuivent longtemps. Je doute que les fêtes de familles soient complètement les mêmes après l'avoir vu!
à  voir sur scène ou sur un écran, ça fait réfléchir (et un peu mal au bide)

EDIT le site de la compagnie théatrale en dit bien plus (trop?)
Num héros vert ou héros de charme, ça dépend du T shirt
Tcqvépêrcv
"Is it that hard to make us look cool?" Jeff Bebe

Avatar du membre
ln.miaoum
Garce y mord - Abracadabra
Messages : 1539
Enregistré le : 02 mai 2006 1:22
Localisation : à  l'Ouest (d'LN)

Message par ln.miaoum » 14 avr. 2008 13:16

J'avais "adoré" (enfin, ça fait bien mal au bide hein, ça rend nauséeux, la seule chose qui m'ai fait sourire, c'est l'apparition dans le champ du micro -dogma oblige :) -, sinon, ça prends au tripes...), et surtout le côté imposé de Dogma, avec cette volonté de renouer avec le théâtre antique, et que ce soit adapté sur scène, c'est le parfait achèvement...
The notion of picking one time of year to be decent to other people is obscene because it's actually validating the notion of being miserable wretches the rest of the year.

Avatar du membre
Lyla
Bénabarge
Bénabarge
Messages : 804
Enregistré le : 26 nov. 2006 12:54
Localisation : 69300

Message par Lyla » 16 avr. 2008 22:02

Alors avis à  toutes et tous, j'ai enfin les dates de mes représentations: je jouerais donc le
Mardi 17 juin à  20H30
Mercredi 18 juin à  20H30
Vendredi 20 juin à  20H30
Mardi 24 juin à  20H30
Mercredi 25 juin à  20H30
Vendredi 27 juin à  20H30


Les représentations auront lieu à  Sassenage (38) dans e petite salle de spectacle Emmaà¼s. Le place coûte 5 Euros et ne sera pas venduele soir même (donc prévente). Je tiens à  préciser que si la place est payante ce n'est pas dans une optique de gain puisque, si bénéfice il y a , la totalité sera reverser à  la fondation Emmaà¼s qui a eu la gentillesse de mettre cette salle à  notre disposition !

Je mettrais en ligne l'affiche du spectacle courant de la semaine prochaine.
En toute honnêteté, et ce n'est vraiment pas pour vendre ma pièce ou je ne sais quoi, mais la pièce est très très bonne et je pense que ceux qui viendront passeront un très bon moment. Après comme je l'ai déjà  dit ce n'est pas focrement évident de venir car nous vennons tous des 4 coins de la France (et je ne parle pas de suisse et autres) donc si certains sont vraiment interessés je pourrais surement leur faire parvenir un exemplaire du DVD qui sera fait à  l'insu d'une des réprésentations.

Voila voila...
Forum officiel d'Alexis HK: http://alexishk.aceboard.fr

Avatar du membre
ln.miaoum
Garce y mord - Abracadabra
Messages : 1539
Enregistré le : 02 mai 2006 1:22
Localisation : à  l'Ouest (d'LN)

Message par ln.miaoum » 16 avr. 2008 22:48

Lyla a écrit : du DVD qui sera fait à  l'insu d'une des réprésentations
De son plein gré?
The notion of picking one time of year to be decent to other people is obscene because it's actually validating the notion of being miserable wretches the rest of the year.

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 16 avr. 2008 23:34

Alors samedi, retour au Théâtre du Rond-Point... :) Le programme, vous l'avez sur l'affiche : des extraits du Journal de Jules Renard et de textes de Jean-Michel Ribes.

Image


Je commence par le seul défaut du spectacle : sa durée, 1 heure 15. Bon, on était prévenus, mais c'est court quand même ! 75 minutes !!! 75 petites minutes qui passent comme un rêve, très vite, trop vite, beaucoup trop vite... :(

Alors oui, voir (enfin) Jean-Louis Trintignant sur scène, ça fait quelque chose. Rien que sa voix... :love: Voir Jean-Louis Trintignant sur scène, c'est tout simplement bouleversant... Je me disais (avant de voir le spectacle) : dommage qu'il n'y ait pas que lui. Finalement, faire ce spectacle à  quatre voix est une formidable idée. D'autant plus que les autres comédiens sont également remarquables - j'avoue avoir un petit faible pour Manuel Durand, lumineux dans tous les sens du terme...

Ce qui est extraordinaire ici, notamment, c'est la cohérence et l'harmonie (inattendues ?) qui se dégagent du spectacle, collage pourtant hétérogène a priori de textes, parfois de simples phrases, de Jules Renard (surtout ?) (« Il y a des gens si ennuyeux qu'ils vous font perdre une journée en cinq minutes. » :mrgreen: , « Si l'argent ne fait pas le bonheur, rendez-le. », « N'écoutant que son courage, qui ne lui disait rien, il se garda d'intervenir. », « Rêve de grandes choses : cela te permettra d'en faire au moins de toutes petites. ») et Jean-Michel Ribes (« Le tout n'est pas de tomber amoureux, il faut encore pouvoir se relever. » :roll: ). Et la façon dont les acteurs « dialoguent ». C'est brillantissime, souvent drôle, grave aussi parfois (la mort du père), parfois les deux à  la fois, c'est vif, tranchant, parfois vachard (« Ma belle-mère est morte le 1er janvier. Pour les fêtes. » ) - et parfois un peu misogyne :rougit: . En un mot : c'est délectable.

Le dispositif scénique est si minimaliste - quatre acteurs, quatre tables, quatre chaises - qu'on pouvait craindre un spectacle austère. Mais non... Mais alors pas du tout ! Au contraire. Divine surprise : c'est un spectacle vivant, lumineux, qui enchante constamment. Même les silences enchantent. La preuve qu'on peut faire du théâtre avec « rien ». Rien, c'est-à -dire, au fond, l'essentiel. Le texte, les mots, la voix. Evidemment, le théâtre ne se réduit pas au texte, évidemment, le théâtre ne peut pas être que minimaliste, mais ce théâtre-là  peut être aussi diablement stimulant et enchanteur.


Image
Modifié en dernier par Cécilia le 21 avr. 2008 2:20, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Lyla
Bénabarge
Bénabarge
Messages : 804
Enregistré le : 26 nov. 2006 12:54
Localisation : 69300

Message par Lyla » 17 avr. 2008 0:09

ln.miaoum a écrit :
Lyla a écrit : du DVD qui sera fait à  l'insu d'une des réprésentations
De son plein gré?
:D Wouaahhhhh je savais que j'étais naze (dans le sens fatiguée hein :twisted: ) mais je pensais pas que c'était à  ce point là .... A l'issue donc, vous aviez tous bien compris... :wink:
Forum officiel d'Alexis HK: http://alexishk.aceboard.fr

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Re: Un peu de théâtre

Message par Cécilia » 08 mai 2008 2:29

Samedi après-midi, direction le Théâtre Edouard VII...

TAILLEUR POUR DAMES de Georges Feydeau
Adaptation : Jean Poiret - Mise en scène : Bernard Murat


Le docteur Moulineaux a découché. Il tente pathétiquement de se justifier auprès de sa (charmante) femme et s'empêtre dans ses mensonges...

Après Pierre Arditi et François Berléand dans Faisons un rêve, après Pierre Arditi et François Berléand dans Batailles, Pierre Arditi et François Berléand dans Tailleur pour dames...

Légère déception ? C'est (souvent) drôle (quand même...) et même très drôle, mais la pièce (du Feydeau "adapté" et rallongé par Jean Poiret - drôle d'idée...) manque parfois de finesse (le deuxième acte dans l'entresol de la rue de Milan surtout). Disons que le spectacle est inégal. Jusque dans l'interprétation. Arditi est épatant... mais en fait des tonnes par moments ? C'est le rôle qui veut ça ? Les situations ? Oui, peut-être, mais il y a sans doute moyen d'en faire un peu moins. (Le mois prochain, il joue du Nathalie Sarraute : ça va le changer...) Berléand est formidable. Par contre, je ne suis pas sûre qu'Emmanuelle Devos soit vraiment faite pour jouer Feydeau. Je trouve que les rôles contemporains (et plus consistants ?) lui "vont" mieux. Mais elle est très bien quand même. Jolie surprise (surprise parce que je ne la connaissais pas) en revanche en ce qui concerne Chloé Lambert, remarquable dans le rôle d'Yvonne, la femme de Moulineaux. Laurent Gamelon est formidable aussi. (Sinon, Marthe Villalonga ou Marie-Anne Chazel, ce n'est pas franchement ma tasse de thé... :? )

Du théâtre assez enlevé, mais un peu convenu, un peu bourgeois (la faute à la pièce de Feydeau ? à l'adaptation de Poiret ? à la mise en scène de Bernard Murat ?), avec des facilités qu'on peut regretter. A l'arrivée, on n'est pas forcément comblé, mais c'est sacrément plaisant. En résumé, on passe un très bon moment.







Demain soir, enfin, ce soir, vu qu'on est déjà jeudi, changement de registre avec La Vie devant soi...
Modifié en dernier par Cécilia le 15 mai 2008 2:16, modifié 1 fois.

Avatar du membre
klem ogre de benabarback
"Pourrisseur noble" compulsif
Messages : 12610
Enregistré le : 10 juin 2003 18:05
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: Un peu de théâtre

Message par klem ogre de benabarback » 08 mai 2008 11:02

je voulais la voir (oui je ne suis pas parisien, mais c'est passé en direct sur France 2 samedi) mais j'ai oublié et je n'ai vu que la fin :-s :(
Photos ?
Bisou Petite Fleur :-x-:
EBT ?

Est-ce de ma faute à moi si j’aime le café et l’odeur des ptits chats
me coucher tard la nuit me lever tôt après minuit
aller au resto et boire des diabolos ?
à notre santé !


Urban Trip Paris

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Re: Un peu de théâtre

Message par Cécilia » 15 mai 2008 2:26

LA VIE DEVANT SOI d'après le roman de Romain Gary
Adaptation : Xavier Jaillard - Mise en scène : Didier Long


Image

C'est l'histoire de Madame Rosa et de Momo. Madame Rosa élève depuis des années des enfants de prostituées que leurs mères ne peuvent élever. Madame Rosa, elle aussi, était prostituée. Aujourd'hui, avec elle, il ne reste plus que Momo. Mohammed. Elle est juive, il est musulman, et alors ?

Beau spectacle, généreux, peut-être trop (?) (généreux jusqu'à la naïveté ?), humain, terriblement humain, émouvant (sans être bouleversant ?), drôle aussi. Ah! la façon dont Madame Rosa se débarrasse (et on comprend qu'elle veuille s'en débarrasser…) du père de Momo, qui réapparaît 11 ans après lui avoir confié son fils...
en lui faisant croire qu'elle a élevé par erreur son fils dans la religion juive. Le même jour, explique-t-elle, elle a reçu un garçon de confession musulmane, Mohammed, et un garçon de confession juive, Moïse : elle a dû se tromper de religion. Elle a élevé Mohammed dans la religion juive et Moïse dans la religion musulmane (!!!).
Madame Rosa, c'est Myriam Boyer. Très léger bémol : avec l'interprétation - extraordinaire, c'est incontestable - de Myriam Boyer, on est peut-être un peu trop dans la "composition". Il faut forcément un travail de composition pour incarner Madame Rosa, de composition physique d'abord pour donner vie à ce corps fatigué, abîmé, claudicant qui est celui de Madame Rosa. Disons qu'on voit peut-être un peu trop la "performance". Cela étant dit, on est impressionné par l'abnégation (??) de l'actrice, par le courage (??) qu'il faut pour se montrer ainsi, par son humanité, sa fragilité et sa force mêlées. Grand rôle, mais un rôle qu'on ne peut jouer sans aller dans l'excès à un moment ou à un autre.

La Vie devant soi est un spectacle qui prône la tolérance, mais pas une tolérance "volontariste", simplement une tolérance qui va de soi. Madame Rosa est juive et a élevé des enfants de toutes religions, de toutes origines, de toutes les couleurs, et cela ne lui a jamais posé aucun problème. Elle a toujours veillé à ce que chaque enfant soit bien élevé dans sa croyance. Normal ? Oui, mais pas pour tout le monde...

La Vie devant soi est aussi une histoire d'amour, où l'on invente des mensonges ou des subterfuges pour garder celui ou celle qu'on aime. Madame Rosa fait croire à Momo qu'il est plus jeune qu'il n'est en réalité pour le "freiner", pour qu'il parte moins vite. Et puis il y a ce gros mensonge qu'elle invente pour se débarrasser du père de Momo. Momo inventera quant à lui un autre gros mensonge pour éviter à Madame Rosa l'hôpital, où elle ne veut surtout pas aller.

Sinon, le décor n'est pas spécialement "joli"... mais c'est simplement parce que l'appartement de Madame Rosa n'a rien de spécialement joli... La mise en scène est plutôt sobre, avec de jolies trouvailles visuelles ou sonores.

La Vie devant soi fait entendre une parole peut-être utopique et naïve (la naïveté vient aussi du personnage de Momo, finement interprété par le formidable Aymen Saïdi), mais qu'il est bon d'entendre.

Indispensable.

Avatar du membre
laurence*
Le cœur des tenniswomen bat plus fort pour les tennismen
Le cœur des tenniswomen bat plus fort pour les tennismen
Messages : 4284
Enregistré le : 09 déc. 2004 21:16
Localisation : Lyon

Re:

Message par laurence* » 06 juin 2008 21:09

Lyla a écrit :Alors la pièce s'intitule "5 filles couleur pêche" et a été écrite par Alan Ball connu notamment pour avoir signé le scénario d'American Beauty et ceux de la série Six Feet Under. :-)1

C'est donc une comédie assez noire, qui se déroule à huit clos, et qui décortique l'amérique d'aujourd'hui, constamment partagée entre puritanisme et pornographie. :twisted:
5 filles se retrouvent demoiselles d'honneurs à un mariage, affublées d'horrible robe couleur pêche. Leur point commun? Aucune d'elles n'a vraiment envie d'être ici et toute finissent par se retrouver dans l'ancienne chambre de la mariée. Et, c'est inévitable entres filles, la conversation commence. L'amour, les hommes, le sexe mais aussi la religion et le couple de jeune mariés, tous est passés au crible par ces 5 femmes, très différentes au demeurant. La pièce hosile en permanence entre comédie et drame, puisque des secrets longtemps enfouis vont refaire surface pour finallement être mis de côté, au moins provisoirement, et laisser place à la fête et au champagne... :madsanta:

Personnellement c'est une pièce que j'adore, avec une écriture très moderne, très parlée et assez crue mais aussi un véritable fond et un regard acerbe sur l'amérique... :wink:

Quelques photos d'une précedente mise en scène

Et voila. Moi personnellement je joue le rôle de Margaret, la petite soeur de la mariée, représentante typique de la gauche caviar. Le genre de fille qui vit encore chez Papa-Maman, dans une grosse famille bourgeoise, mais qui fait des études de littérature et accroche un poster de Malcom X à son mur, en croyant que ça fait d'elle une rebelle. C'est un rôle génial qui me permet d'utiliser pleins de couleurs de jeux: je crie, je ri, je pleure (et je bois et fume - cigarette ET joint- aussi). Enfin c'est le pied quoi...
:jumpy:
Tu nous donnerais les dates des représentations? o:-) :wink:
Même serrées à cinq dans une chambre de Formule 1, j'échangerais pas ma place... même si on dort par terre!

"Happiness only real when shared" (Into the Wild)

Avatar du membre
Lyla
Bénabarge
Bénabarge
Messages : 804
Enregistré le : 26 nov. 2006 12:54
Localisation : 69300

Re: Un peu de théâtre

Message par Lyla » 06 juin 2008 21:22

En fait je les ai donné il y a quelqques temps mais les post a été englouti par les CR ... Et puis normalement tu as reçu un bulletin d'info sur ton myspace. Enfin donc je les redonne :

Mardi 17 Juin à 20H30
Mercredi 18 Juin à 20H30
Vendredi 20 Juin à 20H30
Mardi 24 Juin à 20H30
Mercredi 25 Juin à 20H30
Vendredi 27 Juin à 20h30

Et voila !!!!!! Merci de t'en soucier en tout cas !!! :-x-:
Forum officiel d'Alexis HK: http://alexishk.aceboard.fr

Avatar du membre
laurence*
Le cœur des tenniswomen bat plus fort pour les tennismen
Le cœur des tenniswomen bat plus fort pour les tennismen
Messages : 4284
Enregistré le : 09 déc. 2004 21:16
Localisation : Lyon

Re: Un peu de théâtre

Message par laurence* » 06 juin 2008 21:27

Lyla a écrit :Et puis normalement tu as reçu un bulletin d'info sur ton myspace.
Oui c'est pour ça que j'en parle, je viens de le voir (ok j'y vais pas souvent...)
J'avais zappé que tu les avais déjà données, désolée... Mais bon mieux vaut deux fois qu'une, et puis c'était mi-avril, il est temps de faire une piqûre de rappel :-)p
Même serrées à cinq dans une chambre de Formule 1, j'échangerais pas ma place... même si on dort par terre!

"Happiness only real when shared" (Into the Wild)

Avatar du membre
Lyla
Bénabarge
Bénabarge
Messages : 804
Enregistré le : 26 nov. 2006 12:54
Localisation : 69300

Re: Un peu de théâtre

Message par Lyla » 07 juin 2008 12:17

laurence* a écrit :
Lyla a écrit :Et puis normalement tu as reçu un bulletin d'info sur ton myspace.
Oui c'est pour ça que j'en parle, je viens de le voir (ok j'y vais pas souvent...)
J'avais zappé que tu les avais déjà données, désolée... Mais bon mieux vaut deux fois qu'une, et puis c'était mi-avril, il est temps de faire une piqûre de rappel :-)p
Tu as raison, vive les piqures de rappel !!!!
Forum officiel d'Alexis HK: http://alexishk.aceboard.fr

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Re: Un peu de théâtre

Message par Cécilia » 15 juin 2008 2:19

Jeudi soir au Théâtre de la Madeleine...

QUARTETT de Heiner Müller

Image


Quartett, écrit en 1980 par Heiner Müller, reprend les personnages des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos. D'un côté, la marquise de Merteuil; de l'autre, le vicomte de Valmont. Deux personnages qui se sont aimés, qui s'affrontent, se jaugent, s'envoient des horreurs à la figure. Valmont s'est mis en tête de séduire la vertueuse Mme de Tourvel (cette... "vache" selon le mot de la marquise... :ouch: ). Merteuil lui conseillerait plutôt de séduire sa virginale nièce, Cécile de Volanges...

Pour seul décor : deux tables et deux chaises. Ce n'est pas une représentation de Quartett, mais une lecture. Une lecture un peu austère. Légère déception pour ce qui est de Jeanne Moreau, qui reste un peu trop... dans la lecture. D'où une légère frustration. Mais entendre la voix de Jeanne Moreau, c'est déjà un bonheur en soi... Sami Frey, superbe (sur tous les plans... :rougit: ), joue davantage, notamment dans la dernière partie (le dernier tiers ?), où il sort véritablement de lui-même. Il est stupéfiant. Et sa voix... :love:

C'est un spectacle nu, tranchant, glaçant et brûlant à la fois, parfois drôle à force de méchanceté : le texte est implacable. Le spectacle, très court
(1 heure 10 au plus), ne cesse de monter en puissance. Merteuil devient Valmont, Valmont Mme de Tourvel, avant que Merteuil ne joue Cécile. Et c'est assez vertigineux. C'est direct, parfois cru. On appelle un chat un chat tout simplement. Et c'est assez... jouissif.

Oui, le spectacle est inégal, ne comble pas tout à fait, mais des occasions de voir Jeanne Moreau au théâtre, il n'y en a pas si souvent, alors... Quand en plus, à ses côtés, il y a Sami Frey, ce serait dommage de s'en priver...



Sinon, j'ai rapporté du théâtre un joli petit souvenir... :love:
Là, je me demande encore si je n'ai pas rêvé : j'ai parlé à Jeanne Moreau ????? :plaitil: :joiiiie: Image


Enfin, "parlé", c'est un bien grand mot :embaras:, parce que dans des circonstances pareilles, on ne trouve rien d'intelligent à dire; enfin, je parle pour moi... :chuikon:







Sinon, rien à voir avec Quartett, mais la Fnac annonce des dates en province pour le spectacle de Fabrice Luchini, s'il y a des personnes intéressées...

du 23/10/2008 au 25/10/2008 à Lyon
du 16/10/2008 au 18/10/2008 à Lille
du 27/11/2008 au 28/11/2008 à Bordeaux

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Re: Un peu de théâtre

Message par Cécilia » 17 juin 2008 3:07

ELLE EST LÀ de Nathalie Sarraute

Image


Un homme est perturbé au plus haut point par une idée que sa collaboratrice a dans la tête... mais il ne sait pas ce que c'est... Elle est entrée alors qu'il parlait avec un ami. Elle n'a rien dit, mais il a senti qu'elle n'était pas d'accord. Et il ne le supporte pas...

Ne pas se fier aux apparences : non, ce théâtre-là n'est pas cérébral. Il est intelligent, exigeant, mais pas froidement cérébral. Au contraire : il est limpide (même si j'ai du mal à l'analyser*), fascinant et délectable. Scénographie et mise en scène envoûtantes, musique hypnotique, travail sur le son et la lumière qui l'est tout autant : le spectacle vous transporte, vous emmène dans une autre dimension, vous fait vaciller, suscite dans le même mouvement l'enchantement et l'inquiétude. On est à la fois, curieusement, dans le réel et dans l'étrangeté. Pierre Arditi est exceptionnel. Autant il en faisait des tonnes dans Tailleur pour dames, autant il est ici d'une finesse, d'une subtilité qui enchantent. Juste un être humain avec ses faiblesses et ses contradictions (je parle du personnage). Didier Bezace (qui est aussi le metteur en scène) est, bizarrement, quasiment tout le temps dans l'ombre : il ne joue pratiquement qu'avec sa voix - très bien en l'occurrence. Evelyne Bouix, physiquement déroutante avec sa perruque grise, est formidable, jouant avec une légère distance (celle de l'ironie ?) celle par qui tout arrive.

Alors voilà, c'est un spectacle simplement extraordinaire.


Si vous voulez savoir à quoi ça ressemble, vous avez une petite vidéo par ici...





* mais il y en a qui font ça très bien, David Larre sur théâtre on line.com par exemple...

Le "théâtre de langage" de Nathalie Sarraute laisse affleurer à travers ses non-dits, ses phrases suspendues et ses formules stéréotypées les secrets inavoués des consciences. Dans Elle est là, c'est une pensée tue, grain de sable grippant le réglage des rapports sociaux, qui vient révéler leur violence sous-jacente. Un homme tente de cerner avant de tuer dans l'œuf ce rien de jugeote subversive qui l'irrite chez sa collaboratrice, et petit à petit bascule dans l'obsession. La pièce a trouvé dans la partition dissonante de Pierre Arditi et Évelyne Bouix des instrumentistes précis, et la mise en scène de Didier Bezace, d'une intelligence coupante, instille parfaitement l'inquiétante étrangeté dont se nourrit cette machination psychique.

Un doigt frottant le cercle d'un verre de cristal, un bruit d'allumette craquée dans le combiné d'un téléphone anthracite, un visage obstinément plongé dans la pénombre, chaque détail a été soigneusement choisi pour cerner de mystère les enjeux apparemment anodins du dialogue. Dans une scénographie froide, grand bureau de verre modulable, jeu de crinières grises fondues en un tout uniforme (la vie de bureau, ici comme partout), les paroles précautionneuses hésitent, s'interrompent ou éclatent. Entre H2 (Pierre Arditi) et F (Évelyne Bouix), la confrontation des idées n'aura pas lieu. Médiatisée par des comparses qui sont comme des projections de sa conscience (la voix dans le téléphone, H3, l'ami stylisé campé par Didier Bezace) ou projetée par lui-même avec véhémence, l'agressivité de H2, désireux d'extirper, de brûler, de détruire la pensée de son adversaire, désarme F qui, sans cesse, se dérobe. Guerre des sexes, rapport hiérarchique, opposition politique larvée, toutes les figures de la lutte à mort des consciences se profilent. Toutes convergent vers la dénonciation d'une forme de domination sûre d'elle-même et pourtant incernable. Le texte résiste à l'identification du mal, et c'est tant mieux.

La force du propos tient à son universalité, que Sarraute assume pleinement en se mettant, contre toute lecture féministe de la pièce, à la place du principal protagoniste : "Eh bien, c'est comme ça pour moi ! Si un enfant de sept ans a cette idée-là dans la tête, cela me met dans le même état que si elle est dans la tête d'un philosophe de soixante-dix ans. Elle habite quelque part, peu importe où, ça m'est égal. Quand je lutte contre cette idée, contre cet enfant de sept ans, j'oublie que c'est un enfant". L'obsession de la pensée contradictoire chez autrui, cette opinion qui met en échec tout un système personnel de valeurs, l'intolérance naturelle de chacun face à "ça", et la terrible volonté de réduction de la pensée adverse (donc d'autrui) à néant : la pièce prend à bras le corps ces enjeux fondamentaux. Elle le fait avec l'élégance d'une langue qui suggère toujours davantage. La diction parcimonieuse et pleine de détours de Pierre Arditi (de l'inquiétude à l'exaspération), l'ironie palpable d'Évelyne Bouix laissent apprécier, à leur juste mesure, toutes les nuances subversives de ce théâtre du je-ne-sais-quoi qui questionne plus volontiers qu'il ne cherche à séduire.






Pour en revenir à Quartett, un bel article de Fabienne Pascaud dans Télérama (elle parle d'ailleurs aussi d'Elle est là, je vous mets juste la première partie) :
L'exercice d'acteurs est parfois de haute voltige. Comment incarner un texte qui défie la narration, la psychologie traditionnelles, se moque du temps et de l'espace, ne s'intéresse qu'aux pulsions informulables ? C'est à la fin des années 1970 que l'Allemand Heiner Müller (1929-1995) et la Française Nathalie Sarraute (1900-1999) écrivent, respectivement, Quartett et Elle est là. Rien à voir apparemment entre ces deux pièces énigmatiques, si ce n'est qu'elles auscultent et explorent, chacune à sa manière, les abîmes des corps et des têtes, les obsessions, les hantises, comment on en crève, comment on en joue, comment on s'en libère.
Dans Quartett, Heiner Müller remet face à face, longtemps après leurs premiers exploits libertins, la marquise de Merteuil et le Valmont des Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos. Qu'ont encore à se dire, maintenant que la chair est triste, les deux vieux amants cyniques et sadiques ? Que le désir du corps est toujours là, les besoins de la matière-corps. Même si l'envie d'en jouir a désormais des goûts de mort. Ne reste que le vertige du mot cru, et les frissons qu'il procure encore. Face à Sami Frey, Jeanne Moreau est prodigieuse dans la diction feutrée et caverneuse à la fois de ces phrases-exorcisme à la puissance sexuelle et mortifère. Les deux comédiens avaient déjà lu le texte dans la Cour d'honneur du palais des Papes, lors du Festival d'Avignon 2007. L'événement était alors plus mondain que théâtral, et les vedettes étaient empêtrées de leurs rôles fantomatiques. Au Théâtre de la Madeleine, s'ils continuent à lire un texte qu'ils doivent pourtant connaître par cœur – plus facile ? plus léger ? moins inquiétant ? –, ils y apportent des échos bien plus souterrains, comme venus du fin fond de leur propre carrière, de tous leurs personnages passés. Et si Sami Frey s'entête à vouloir jouer les séducteurs et à distiller ses phrases avec élégance, Jeanne Moreau, elle, plonge à même le chaos de soi, creuse l'apparence, sonde l'innommable, part en quête de l'au-delà des mots et du temps. Comment ? De sa voix-laser, même sans un geste. Une voix-couteau mais toujours caressante, troublante, ensorcelante. Dangereuse.

L'avis de Fabienne Pascaud sur Quartett est aussi à écouter ici... On entend même des petits bouts du spectacle.

Avatar du membre
klem ogre de benabarback
"Pourrisseur noble" compulsif
Messages : 12610
Enregistré le : 10 juin 2003 18:05
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: Un peu de théâtre

Message par klem ogre de benabarback » 17 juin 2008 13:28

j'suis allé voir un peu de Theatre mercredi dernier
le spectacle de l'école de theatre de Talence, 3 pieces dont une avec ma maman :D
c'était bien
il y avait "Kids" de Fabrice Melquiot
Le Roi Nu d'Evguéni Schwartz
et un petit bout des Diablogues de Dubillard

je me suis bien marré (surtout sur la deuxieme bien sur)
Photos ?
Bisou Petite Fleur :-x-:
EBT ?

Est-ce de ma faute à moi si j’aime le café et l’odeur des ptits chats
me coucher tard la nuit me lever tôt après minuit
aller au resto et boire des diabolos ?
à notre santé !


Urban Trip Paris

Avatar du membre
craquinette
A tué un chasseur ce matin
Messages : 1619
Enregistré le : 11 oct. 2003 17:15
Localisation : Lyon

Re: Un peu de théâtre

Message par craquinette » 18 juin 2008 9:12

J'ai failli jouer "Kids " y a deux ou trois ans ! C'est une belle pièce! :jumpy:
( je ne connais pas les autres par contre ... :mrgreen: )
Maint'nant qu'j'ai fait le premier pas
T'as plus qu'à r'venir sur les tiens
Si tu t'jettes pas à l'eau, j'me noie
J'te menace pas, je te préviens

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Re: Un peu de théâtre

Message par Cécilia » 23 juin 2008 1:26

Encore un peu de Nathalie Sarraute...
Et encore un peu de Pierre Arditi... o:-)

POUR UN OUI OU POUR UN NON extraits
le site du Théâtre de la Commune a écrit :
Image
Ce sont deux amis, deux vieux amis, les meilleurs amis du monde. Mais l'un d'eux s'est éloigné. L'autre ne comprend pas et veut absolument savoir pourquoi. Son ami finit par lui dire la raison de cet éloignement : des mots. Une petite phrase, une intonation...

Donc, c'est une lecture, qui donne terriblement envie de voir la pièce, par exemple avec ces acteurs-là. Surtout avec Pierre Arditi, qui est... mais qui est... euh... comment dire ? qui est... :love:

Déjà cinq fois que je le vois cette année... Mais pas de sixième fois en vue pour le moment... :(
Ah ! la classe, le charme, la voix, la finesse de cet homme-là... :rougit:

Donc, c'est une lecture, mais c'est un peu plus que ça quand même. Les acteurs, Pierre Arditi et Didier Bezace, jouent aussi, différemment que s'ils jouaient "vraiment" la pièce, mais ils jouent. Et c'est magnifique. Pas de mise en scène ici; enfin, peu de mise en scène. La mise en scène se réduit pratiquement à de la mise en lumière - et en musique. Rien à voir avec la splendide scénographie d'Elle est là. Mais il est vain de comparer. Le plaisir, en tout cas, est constant. C'est intelligent, absurde, brillant. Ça parle de nous. Du moins, ça pourrait parler de nous. De notre vie, de ces petites choses insignifiantes qui prennent des proportions inattendues. Ah oui, c'est drôle aussi. Et puis c'est trop court, beaucoup trop court... Mais que c'est bon... :rougit:

pecarijbv
Messages : 2
Enregistré le : 18 août 2008 23:23

Re: Un peu de théâtre

Message par pecarijbv » 18 août 2008 23:53

Salut ccl et les autres moi j'ai été voir notre Luchini en février passé et me suis déplacée de Bruxelles mais j'apprends qu'il revient fin de l'année chez nous YOUPIE en tout cas ce fut un des plus beau moment que j'ai passé. et quel plaisir de lire tes rapports... :D

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Re: Un peu de théâtre

Message par Cécilia » 19 août 2008 0:06

:rougit: Merci pecarijbv et bienvenue parmi nous. :wink:



(Tu as bien du courage d'avoir lu mes rapports... :ouch: )

pecarijbv
Messages : 2
Enregistré le : 18 août 2008 23:23

Re: Un peu de théâtre

Message par pecarijbv » 19 août 2008 0:21

ccl a écrit ::rougit: Merci pecarijbv et bienvenue parmi nous. :wink:



(Tu as bien du courage d'avoir lu mes rapports... :ouch: )
C'était pas du courage, pour moi c'était plutot un immense plaisir j'ai été le voir avec ma maman qui est prete aussi à retourner le voir mais bon moins loin cette fois ci. :-)))

Avatar du membre
klem ogre de benabarback
"Pourrisseur noble" compulsif
Messages : 12610
Enregistré le : 10 juin 2003 18:05
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: Un peu de théâtre

Message par klem ogre de benabarback » 19 août 2008 0:45

j'ai vu le spectacle de la Compagnie Joe Sature à Luxey
dans le spectacle "Peter Smith contre John Bad et sa Bacteriologic Crazy Ball"
hilarant, deux acteurs qui jouent une immense pléiade de personnages, avec accessoires, effets spéciaux... etc... génial
Photos ?
Bisou Petite Fleur :-x-:
EBT ?

Est-ce de ma faute à moi si j’aime le café et l’odeur des ptits chats
me coucher tard la nuit me lever tôt après minuit
aller au resto et boire des diabolos ?
à notre santé !


Urban Trip Paris

Avatar du membre
fée de passage
Sympathique (dixit elle-même) bibliothécaire nécroglossophile
Sympathique (dixit elle-même) bibliothécaire nécroglossophile
Messages : 748
Enregistré le : 01 déc. 2006 20:20
Localisation : paris

Re: Un peu de théâtre

Message par fée de passage » 19 août 2008 10:05

Avec Anais En juin 2009 (quoi nous littéralement cinglées pour les concerts ET le théâtre :-)p ) on va voir Hamlet à Londres !
HIGITUS FIGITUS ZOMBRA KAMPO ... WOKETY POKETY WOKETY WOK ... ABRACABRACABRANACK ...HIGITUS FIGITUS MIGITUS WOUM PRESTIDIGITORIOUM ... ALICAFEZ BALAKAREZ MALAKAMEZ MERIPADEZ WOKETY POKETY WOKETY WOUM ...

http://feedepassage.over-blog.com/

Avatar du membre
Ananais
Un album sur Colette et l'apéro à 17°
Un album sur Colette et l'apéro à  17°
Messages : 1552
Enregistré le : 24 févr. 2006 0:20
Localisation : dans la ville Lumière
Contact :

Re: Un peu de théâtre

Message par Ananais » 19 août 2008 12:28

fée de passage a écrit :Avec Anais En juin 2009 (quoi nous littéralement cinglées pour les concerts ET le théâtre :-)p ) on va voir Hamlet à Londres !
:jumpy: :jumpy: :jumpy:
Par contre on va éviter de vous raconter le pourquoi du comment :mrgreen: ... sinon on sera bannies du forum pour follie furieuse :plaitil:
Quand je veux m'jetter du pont du Carroussel
Je me dis finalement non la vie est belle
Quand quelqu'un me dit Dieu que la vie est belle
J'voudrais me jeter du pont du Carroussel

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Re: Un peu de théâtre

Message par Cécilia » 02 oct. 2008 3:59

FIN DE PARTIE de Samuel Beckett - Mise en scène : Charles Berling avec la collaboration de Christiane Cohendy


Image


Clov veille sur Hamm, cloué dans un fauteuil roulant, s'occupe de lui, est son homme à tout faire, son souffre-douleur. Les parents d'Hamm vivent avec eux... dans des poubelles :plaitil: . Ah oui, ils n'ont plus de jambes depuis un accident de tandem... Clov annonce à Hamm qu'il le quitte. Et il le lui dit souvent... mais ne part jamais...


Image (Une photo de répétition du 15 septembre 2008 trouvée ici © Julien de Rosa)


C'est une pièce... désespérée, étouffante, glaçante, parfois drôle, mais d'un humour grinçant et désenchanté. Pas le genre de spectacle qui peut vous remonter le moral si vous avez les idées un peu noires... C'est-à-dire que si vous y allez en étant d'humeur pas franchement joyeuse, la pièce... achève de vous déprimer. Comble de "malchance", j'allais voir la pièce d'abord parce que j'avais très envie de revoir Charles Berling au théâtre et le voir dans le rôle d'une loque (Clov est un être faible et tyrannisé d'un bout à l'autre de la pièce), c'est un peu décevant. Il n'a pas le beau rôle ici ! Par contre, Dominique Pinon (qui joue Hamm) est exceptionnel; Gilles Segal et Dominique Marcas (qui jouent les parents de Hamm) aussi. C'est que Dominique Pinon a beaucoup plus à faire que Berling. Jouer un être faible, soumis, sans énergie ( ce que fait Berling), ce n'est pas très payant.

Fin de partie n'est pas une pièce facile. Ce n'est pas une pièce qui "s'offre" facilement.

Je n'avais jamais rien lu ou vu de Beckett auparavant, je ne sais pas si ses autres pièces sont aussi désespérantes (nihilistes ?), mais là, c'est vraiment très noir. Peut-être que si vous nagez dans le bonheur, vous recevez la pièce moins violemment, je ne sais pas... :heinnn:

Avatar du membre
craquinette
A tué un chasseur ce matin
Messages : 1619
Enregistré le : 11 oct. 2003 17:15
Localisation : Lyon

Re: Un peu de théâtre

Message par craquinette » 02 oct. 2008 20:10

J'avais vu cette pièce y a deux ans à Montpellier ( mais forcément, pas avec des " people " :poisson: )

Et sinon, une info en passant pour les amateurs du genre:

Tout le mois d'octobre à Lyon : Festival Burkesko pentes ( pentes de la croix rousse - Espace 44 et Salle Paul Garcin )
Image
Venez rire au Festival de théâtre Burlesque 1ère édition
7 spectacles comiques en alternance à l'Espace 44 et à la Salle Paul Garcin (Lyon 1er):
- Téléromanzo : 25 sept au 5 oct à l'Espace 44, et 12, 12 et 28 oct Salle garcin
- C'est beau l'Australie : 7 au 19 oct à l'espace 44 et 27 oct Salle Garcin
- Human profit : 9,10,11,30 et 31 octobre Salle Garcin
- Vengeance nippone : 12, 16, 17 et 29 oct Salle Garcin
- Brainstorming : 13, 14 , 15 oct Salle garcin
- Madre Mia : 21 au 31 oct à l'Espace 44
- Histoire de brebis : 21 au 31 oct à l'Espace 44
Renseignez-vous et réservez dès mainenant par téléphone : 04 78 39 79 71
Plus d'infos sur le site internet de l'espace 44 :
http://www.espace44.com/
Maint'nant qu'j'ai fait le premier pas
T'as plus qu'à r'venir sur les tiens
Si tu t'jettes pas à l'eau, j'me noie
J'te menace pas, je te préviens

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Re: Un peu de théâtre

Message par Cécilia » 02 oct. 2008 23:37

craquinette a écrit :J'avais vu cette pièce y a deux ans à Montpellier ( mais forcément, pas avec des " people " :poisson: )
Pourquoi "forcément" ? :heinnn: Les "people", comme tu dis, ils ne viennent pas jusqu'à Montpellier ?

Et qu'est-ce que tu as pensé de la pièce ?

Avatar du membre
craquinette
A tué un chasseur ce matin
Messages : 1619
Enregistré le : 11 oct. 2003 17:15
Localisation : Lyon

Re: Un peu de théâtre

Message par craquinette » 02 oct. 2008 23:42

Nan, mais c'était pour de la blague ... Je m'en fiche !
Après tout, moi aussi, j'ai vu des staaaaaars : Isabelle Huppert entre autres dans un texte déprimant de Sarah Kane :mrred:

J'avais bien aimé le texte et ça m'avait donné envie de le lire
Mais la mise en scène était pas géniale. Heureusement, l'acteur qui jouait Clov: Babacar M'baye Fall était impressionant.


Edit : Je confirme, l'oeuvre de Beckett est en majorité, assez sombre et pessimiste mais empreinte d'un certain humour
Il y a de quoi faire en étant comédien :jumpy:
Maint'nant qu'j'ai fait le premier pas
T'as plus qu'à r'venir sur les tiens
Si tu t'jettes pas à l'eau, j'me noie
J'te menace pas, je te préviens

Avatar du membre
Num
CapelloNum, mo(déra)teur de recherche
CapelloNum, mo(déra)teur de recherche
Messages : 12689
Enregistré le : 01 mars 2003 13:45
Localisation : Qqpart sur Google Earth
Contact :

Re: Un peu de théâtre

Message par Num » 02 oct. 2008 23:57

j'ai étudié (et vu) "En attendant Godot" en seconde c'est un des chocs de ma vie en ce qui concerne le théâtre ;)
Num héros vert ou héros de charme, ça dépend du T shirt
Tcqvépêrcv
"Is it that hard to make us look cool?" Jeff Bebe

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Re: Un peu de théâtre

Message par Cécilia » 04 oct. 2008 2:14

le site de la Fnac a écrit : Le vendredi 3 octobre 2008 à 17h30

Rencontre avec le metteur en scène et comédien Charles Berling pour la pièce « Fin de partie » présentée au théâtre de l’Atelier à partir du 23 septembre. Partie de bons mots, de répliques sarcastiques, ou fin de partie, comme fin d'un jeu absurde contre la solitude, la mort et le vide. Beckett réunit dans ce grand texte tous les sujets de sa dramaturgie et fait de ce terminus une réjouissante fresque burlesque et tragique, portée ici par d'incroyables comédiens.

Paris - Ternes
Alors, la bonne nouvelle, c'est que Charles Berling a bien l'intention de jouer un jour Hamm (au lieu de jouer Clov) dans Fin de partie... dans dix ans... :embaras:

Sinon, je lui ai dit que la pièce était quand même... violente... :-s Il avait l'air un peu surpris... :rougit: Oui, quand même...



Deux petites photos pas terribles et toutes sombres :embaras: , car prises sans flash (au point, ça évite les yeux rouges... :? ).

Image Image



Et une troisième photo moins sombre... mais toujours pas terrible... :pasmoi:

Image

Avatar du membre
klem ogre de benabarback
"Pourrisseur noble" compulsif
Messages : 12610
Enregistré le : 10 juin 2003 18:05
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: Un peu de théâtre

Message par klem ogre de benabarback » 04 oct. 2008 15:13

ben je les trouve très bien ces photos ! :-)1

j'adore cet acteur, que je n'ai pas eu l'occasion de voir au théatre malheureusement

merci Ccl :-x-:
Photos ?
Bisou Petite Fleur :-x-:
EBT ?

Est-ce de ma faute à moi si j’aime le café et l’odeur des ptits chats
me coucher tard la nuit me lever tôt après minuit
aller au resto et boire des diabolos ?
à notre santé !


Urban Trip Paris

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Re: Un peu de théâtre

Message par Cécilia » 08 oct. 2008 3:23

Il y a décidément de jolies rencontres à la Fnac des Ternes ces jours-ci... :rougit:
la Fnac a écrit :
"Faisons un rêve" de Sacha Guitry

Rencontre avec Bernard Murat, metteur en scène de la pièce actuellement à l'affiche au théâtre Edouard VII, et les comédiens Clotilde Courau, Pierre Arditi et Martin Lamotte.

Fnac des Ternes - 7 octobre 17h30
(Mince, j'ai encore parlé de Pierre Arditi... :chocottes: )


Image Image Image Image Image

Image Image Image





J'ai aussi une petite vidéo (la qualité de l'image n'est pas extraordinaire... :? ).


J'ai trouvé aussi cette vidéo que j'aime beaucoup... :love: C'est une lecture, au Théâtre du Rond-Point le 4 octobre, à l'occasion de la Nuit Blanche, d'un texte de Régis Jauffret intitulé Un vulgaire cancer d'ouvrier.

Avatar du membre
Ephéméride
Chaperonne beaujolaise en taille basse
Messages : 3885
Enregistré le : 02 avr. 2007 21:38

Re: Un peu de théâtre

Message par Ephéméride » 08 oct. 2008 10:07

ils sont assis dans de bien grosses noix de coco

:arrow:
Les certitudes sont de pâte molle, elles se modèlent à volonté. (Du Domaine des Murmures)

Avatar du membre
klem ogre de benabarback
"Pourrisseur noble" compulsif
Messages : 12610
Enregistré le : 10 juin 2003 18:05
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: Un peu de théâtre

Message par klem ogre de benabarback » 08 oct. 2008 11:57

non non, ce sont des coco-fesses
Photos ?
Bisou Petite Fleur :-x-:
EBT ?

Est-ce de ma faute à moi si j’aime le café et l’odeur des ptits chats
me coucher tard la nuit me lever tôt après minuit
aller au resto et boire des diabolos ?
à notre santé !


Urban Trip Paris

Répondre