Anne-Marie Paquotte

Une revue d'un magazine, d'un quotidien, une interview sur "Infréquentable". Venez les mettre ici pour les partager qu'on puisse prendre connaissance et les commenter

Modérateur : Modérateurs

Règles du forum
Le fil "en post-it" (clique ici) recense les articles déjà amenés ici, veuillez le consulter avant d'ajouter un nouveau topic.
Merci d'indiquer la source et la date. Il va de soi qu'on s'intéresse à l'avis de la presse ou des médias, pas de celui de votre boulangère ou de votre voisin de palier^^
Répondre
Avatar du membre
Num
CapelloNum, mo(déra)teur de recherche
CapelloNum, mo(déra)teur de recherche
Messages : 12673
Enregistré le : 01 mars 2003 13:45
Localisation : Qqpart sur Google Earth
Contact :

Anne-Marie Paquotte

Message par Num » 19 mars 2009 10:17

Y a des noms comme ça qui disent vaguement quelque chose mais sans plus. Anne-Marie Paquotte en fait partie, pour moi. J'ai plus en tête sa critique de Bénabar (du temps où il était moins connu) mais lire des hommages comme ça, ça marque... mention spéciale à Anne Sylvestre, économe en mots mais bouleversante au possible

Télérama a écrit :Pendant plus de 25 ans, pour “Télérama”, elle a couvert l'actualité de la chanson avec une passion qui ne s'est jamais démentie. Anne-Marie Paquotte avait quitté le journal il y a près de cinq ans, mais continuait de suivre de très près ces artistes qu'elle aimait ; elle en avait d'ailleurs découvert et soutenu beaucoup, ce qu'ils n'ont pas oublié. Depuis l'annonce de sa disparition, les témoignages d'émotion et de reconnaissance nous parviennent. En voici quelques-uns.


Jacques Higelin

“Une année, je ne sais plus quand, j'en ai eu assez des interviews traditionnelles et j'ai décidé d'inviter les journalistes dans des lieux inattendus. Anne-Marie, je lui avais proposé de me rejoindre au Père Lachaise.
Je crois que c'était la première fois qu'elle y venait, moi aussi.
On s'est donc retrouvé devant, on est entré dans le cimetière, et on a commencé à arpenter les allées... Peu à peu, les bruits de la ville s'atténuaient, nous marchions tranquillement dans ce grand jardin mortuaire. On parlait de la vie, de la chanson, des artistes, de tous ceux qu'on aimait. Je me rappelle... On était comme deux enfants émerveillés, se promenant dans ce très beau village de la paix. Je me rappelle aussi qu'on riait devant l'ego de certains morts, enterrés dans de vrais monuments, des chapelles pour eux tout seuls.
Et d'un seul coup, le ciel s'est mis à exploser, un orage incroyable nous est tombé sur la tête, ça pétait de tous les côtés ! On s'est réfugiés sous l'auvent d'une tombe, je l'ai prise dans mes bras pour la réchauffer. Puis le soleil est revenu.
J'ai gardé le souvenir d'un très beau moment, extrêmement privilégié, de tendresse, d'humilité et de liberté. J'ai senti une énorme complicité ; pas comme avec une journaliste lambda, comme avec quelqu'un de très proche.
Les artistes sont des fenêtres ouvertes pour nous tous, encore faut-il qu'il y ait des gens pour le faire savoir. Anne-Marie était une formidable passeuse, qui savait écouter sans vanité, avec une grande rigueur et une énorme sensibilité. Quelqu'un pour qui j'avais énormément de respect.
Ce qu'elle a fait pour nous, c'est magnifique.

Thomas Fersen
“Je suis très ému d'apprendre la disparition d'Anne-Marie qui m'a soutenu dès mes débuts et accompagné pendant de longues années. Elle a fait beaucoup pour ce que l'on appelle le renouveau de la chanson. Nous lui devons beaucoup.

Juliette
“Dans le monde de la chanson, il y a les chanteurs et puis les gens autour, comme les journalistes. Anne-Marie faisait partie de ceux qui comptaient et que je suis heureuse d’avoir croisée.
Je l’ai d’abord connue en tant que lectrice. Je suivais ses critiques toutes les semaines… J’aimais ses enthousiasmes mais aussi ses colères, ses emportements, ça me réjouissait ! Elle n’était pas dans le consensus. Plus tard, en tant que chanteuse, j’ai eu l’occasion de la rencontrer, plusieurs fois. Elle a contribué avec constance et efficacité à ma carrière discographique. Je me rappelle la première fois qu’elle nous a donné les fameuses « quatre clés » Télérama… On guettait, et c’est arrivé. C’était important. Ca a un impact sur la suite des événements. Anne Marie était quelqu’un de très discret, pas mondain du tout, qui allait au concert mais qui n’usait jamais de sa position pour se montrer, ou pour exercer un pouvoir personnel. Je suis sûre qu’elle faisait ce métier par passion. Elle avait une vraie connaissance et un amour sincère de la chanson.

Arthur H.
“Anne-Marie m'a soutenu chaleureusement dès le départ. Elle suivait les artistes avec enthousiasme et persévérance. Je la remercie pour son amour de la chanson, de la musique, de la poésie, et donc de la vie !

Vincent Delerm
“Pas beaucoup de monde dans la petite cave du théâtre des déchargeurs en 2001. Anne-Marie était venue. C’était un an avant mon premier album et je me souviens d’une semaine consacrée à répéter la phrase « mardi, y a Paquotte qui vient » . C’était pas rien. Par la suite on a discuté de pas mal de choses. De Souchon, des restaurants à Pau, de l’histoire du label Tôt ou Tard qu’elle avait tant accompagné. Toute conversation était attaquée par un tonitruant « et comment va… », qui permettait pudiquement d’évoquer quelqu’un dont la santé serait meilleure que la sienne. Et comment va Virginie (mon amoureuse) ? Et comment va Frèrebeau (mon patron) ? Et comment va ton fils (mon fils) ?
Pour être franc ces jours-ci, ça va un peu moyen, Anne-Marie.

Francis Cabrel
“J'aimais bien nos rendez-vous réguliers, à chaque sortie d'album, avec Anne-Marie.
Consciencieuse, drôle et grande érudite de la Chanson, j'en apprenais autant que j'en racontais.
Et pas seulement en Chanson d'ailleurs puisque je lui dois de m'avoir fait connaître Christian Bobin qui fait des livres si beaux qu'on y entend de la musique. Elle l'avait entendue aussi.

Sanseverino
“Anne-Marie, je la connaissais avant de la connaître. J'étais un de ses « clients », je la lisais dans Télérama, elle écrivait sur mes ennemis, mes amis, j'aimais ses goûts. Un jour, je l'ai rencontrée en vrai, pour la sortie d'un de mes albums. Tout de suite, on a parlé, j'ai appris que c'était une amie de la mère de ma femme, on s'est sentis bien. Elle était douce. Voilà, c'était quelqu'un qui faisait du bien... sans tomber dans le jésus-christisme !
C'est une douleur immense d'apprendre qu'elle est partie si jeune. Et on est là, impuissants, on ne peut pas aller dans ses Pyrénées la saluer, on ne peut rien faire, on est bloqués dans notre fichue ville où il fait beau mais où il pourrait aussi bien pleuvoir tant on est tristes. Et je vais penser à cette petite bonne femme, car elle était petite, comme Marguerite Duras, mais jolie. Et tendre.

Dominique A
“Je me rappelle une interview dans un petit café près de la place des Fêtes. J'étais jeune, un peu tendu car on m'avait parlé de quelqu'un d'un peu dur - parce qu'elle avait parfois la dent dure... En fait, j'ai découvert une femme plutôt douce, attentionnée, qui respectait mon inexpérience. Elle avait des prises de position tranchées et argumentées. Je n'étais pas toujours d'accord, mais je respectais beaucoup cela. Elle avait une vision claire de ce métier.

Jeanne Cherhal
“Je me souviens d'Anne-Marie Paquotte comme d'une femme passionnée et raffinée. Elle m'avait offert ma première chronique d'album dans Télérama, dans laquelle elle m'avait qualifiée de chanteuse "en bourgeon". J'avais été si touchée que je lui avais adressé une carte postale où j'avais dessiné des boutons de rose. Je suis triste en pensant qu'elle ne verra plus le printemps.

Christian Olivier, chanteur des Têtes Raides
“Elle a été l’une des toutes premières à nous soutenir et elle nous a suivis, toujours, en dépit de nos vicissitudes, de nos changements de rythmes et de style. Au-delà de tout, je crois qu’elle reconnaissait chez nous un état d’esprit. Un souci d’écriture. Anne-Marie était très attachée aux textes ; elle a contribué à créer une rupture dans la chanson française, en mettant de nouveau l’accent sur une certaine forme de poésie, qui avait été peu à peu délaissée et qu'elle a remise au goût du jour.
J’ai le souvenir de discussions très sensibles avec elle. Quand elle venait nous voir en concert, elle ne prévenait pas toujours. Elle était là pour écouter et pour faire son travail, pas pour pavaner au bar… Je suis encore sous le choc de l’annonce de sa mort. Il n’y a pas si longtemps qu’elle avait arrêté le métier – d’ailleurs elle n’avait pas vraiment arrêté, car elle était une passionnée de la chanson et des artistes.

Bénabar
“C'était une vraie critique, qui ne se contente pas de donner son avis. Elle écoutait tout et savait remettre les choses en perspective. Elle ne m'a jamais donné les "quatre clés", mais elle m'a suivi depuis le tout premier disque. On était restés en contact après son départ de Télérama. Avec elle, on discutait toujours en profondeur.

Anne Sylvestre
“Anne-Marie, présence fidèle, douce et discrète, mais toujours sans complaisance. Avec nos disques et nos chansons, on voulait te plaire, comme à la maîtresse quand on était petits.
N'espère pas te reposer là-bas, j'ai deux ou trois copines qui t'attendent d'une aile ferme.
Tendrement à toi,
Anne
fidèle et sans complaisance... tiens ça me fait penser à Lester Bangs (toutes proportions gardées)

(oui le café fil'o c'est pas assez... et puis c'est bien de la critique liée notamment à Bénabar)
Num héros vert ou héros de charme, ça dépend du T shirt
Tcqvépêrcv
"Is it that hard to make us look cool?" Jeff Bebe

Avatar du membre
Stéfanie
"Qu'est ce que tu fais pour la soirée?"
"Qu'est ce que tu fais pour la soirée?"
Messages : 7880
Enregistré le : 03 juil. 2006 17:55
Localisation : chez Diane
Contact :

Re: Anne-Marie Paquotte

Message par Stéfanie » 19 mars 2009 11:11


C'est quand même touchant de lire ce genre d'hommages, même si je ne connaissais pas vraiment le personnage...

On a l'impression d'y retrouver à la fois la personnalité de celle à qui sont dédiés tous ces petits mots et la personnalité des artistes qui les ont rédigés... N'empêche, dans l'ensemble c'est assez révélateur, je trouve -
Comme quoi chacun a un style très particulier et individuel, même en parlant (plus ou moins) de la même chose... :pasmoi:
"Je voyais passer des ombres, et quand je les appelais, comme dans un autre monde, le brouillard les avalait..."
- monsoleiiil -
"Celui qui anticipe tous les dangers ne prendra jamais la mer."

Avatar du membre
Damien A.
Dieu du stade.... mais pas ce soir
Dieu du stade.... mais pas ce soir
Messages : 1865
Enregistré le : 16 oct. 2006 23:43
Localisation : Sèvres (92)
Contact :

Re: Anne-Marie Paquotte

Message par Damien A. » 19 mars 2009 12:09

Perso c'est l'hommage d'Higelin qui me marque le plus :
Les artistes sont des fenêtres ouvertes pour nous tous, encore faut-il qu'il y ait des gens pour le faire savoir. Anne-Marie était une formidable passeuse, qui savait écouter sans vanité, avec une grande rigueur et une énorme sensibilité. Quelqu'un pour qui j'avais énormément de respect.
Ce qu'elle a fait pour nous, c'est magnifique.

Avatar du membre
Num
CapelloNum, mo(déra)teur de recherche
CapelloNum, mo(déra)teur de recherche
Messages : 12673
Enregistré le : 01 mars 2003 13:45
Localisation : Qqpart sur Google Earth
Contact :

Re: Anne-Marie Paquotte

Message par Num » 21 mars 2009 10:40

les commentaires à l'article ci dessus sont assez impressionnants, en terme de "professionnels" :plaitil:

à part ça j'ai trouvé (pas encore vu en entier) une conférence chantée avec Souchon et Delerm en 2006 : clic
Num héros vert ou héros de charme, ça dépend du T shirt
Tcqvépêrcv
"Is it that hard to make us look cool?" Jeff Bebe

Avatar du membre
laurence*
Le cœur des tenniswomen bat plus fort pour les tennismen
Le cœur des tenniswomen bat plus fort pour les tennismen
Messages : 4275
Enregistré le : 09 déc. 2004 21:16
Localisation : Lyon

Re: Anne-Marie Paquotte

Message par laurence* » 21 mars 2009 19:55

Num a écrit :les commentaires à l'article ci dessus sont assez impressionnants, en terme de "professionnels" :plaitil:
J'ai constaté ça hier, c'est fou de voir que "tout le monde" veut lui rendre hommage d'une manière ou d'une autre, ça montre bien ce qu'elle devait représenter pour tous ces artistes...
Même serrées à cinq dans une chambre de Formule 1, j'échangerais pas ma place... même si on dort par terre!

"Happiness only real when shared" (Into the Wild)

Répondre