Bénabar à Bures (06 avril 2002)

"Avec le temps va, tout s'en va" comme j'sais plus qui chantait. Depuis 2002, ce site et ce forum ont connu pas mal de turbulences avec une organisation et une rigueur parfois perfectibles.
On a tenté de retrouver les revues de concerts d'avant "Les Risques du métier" (2003) et de les mettre ici. Car "la mémoire est un bijou" après tout.

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Avatar du membre
cali
Magistar
Messages : 810
Enregistré le : 01 mars 2003 21:49
Localisation : Paris-Plage

Bénabar à Bures (06 avril 2002)

Message par cali » 30 sept. 2008 16:03

cali, le 2002-05-27, a écrit :
Concert du 6 avril 2002 à Bures ; ambiance familiale et très très très chaleureuse !

Bures sur Yvette, petite commune d’Essonne, abrite un charmant centre culturel : le centre Marcel Pagnol. Particularité : Denis Grare, le saxophoniste, accordéoniste, et plus généralement « associé » de Bénabar, y est prof de musique. Et puis tout le groupe a l’air de bien connaître l’équipe du centre culturel. Autant vous dire qu’en ce concert du samedi 6 avril, l’ambiance était chaude !
Mais l’ambiance était également très familiale : beaucoup d’enfants étaient présents dans la salle, dont les enfants des musiciens ; du coup, pas de gros mots (enfin pas trop), et plein de conseils (« Ne devenez jamais musiciens, les enfants ! »).
Cela dit, il n’y avait pas que les enfants des musiciens, il y avait aussi leurs parents (quand je vous dis que c’était familial !). Quand Bénabar a raconté que Denis n’arrêtait pas de fumer des joints et boire de la bière, ce dernier lui a demandé d’arrêter parce que sa mère était dans la salle. Du coup, Bénabar a lancé des messages personnels à Mme Grare : « Il faut arrêter de m’envoyer des lettres, vous savez bien que notre relation est impossible… Ah bon, M. Grare est aussi dans la salle ?… Il faut arrêter de m’envoyer des lettres, vous aussi, M. Grare… ». Une soirée spéciale Denis Grare, en quelque sorte !!! D’autant que ses élèves étaient là aussi. Bénabar en a profité pour montrer du doigt toutes les fautes de son musicien, prétextant que c’était juste pour qu’ils sachent ce qu’il ne faut pas faire. Quel pédagogue !!!!

Pour ce qui est du contenu même du concert, c’était aussi bien que l’ambiance ! J’ai noté quelques petites différences par rapport au concert du New Morning, en janvier. La plus importante, à mes yeux, est que cette fois, il n’a pas terminé par Approchez, (celle que j’aime le moins), mais par ma préférée : A notre santé (par laquelle il avait d’ailleurs commencé, si c’est pas le bonheur de l’entendre 2 fois !). On a également eu droit à une nouvelle chanson, intitulée Aïe aïe aïe, plutôt pas mal ; je suppose qu’il l’a également faite à l’Elysée Montmartre. Mais j’ai surtout eu le plaisir de réentendre Le slow, vraiment mémorable !!!… Pour ceux qui ne connaîtraient pas, c’est une parodie de slow à mourir de rire, qui ne figure sur aucun album, hélas… Et puis je ne me lasse pas de la version concert de Vélo, version particulièrement longue ce 6 avril ! Ah lala, j’adore le coup des « petites roues » !!!! ;o)

En revanche, j’ai été un chouilla déçue qu’il n’ait pas fait Advienne que pourra, ni La valse…. Cela dit, ça a été compensé par la découverte d’un nouvel instrument tout bizarre, dont j’ai évidemment oublié le nom (sorte de tuyau à piston dans lequel on souffle, je crois ?….), qui nous a valu un « pont » ambiance techno vachement sympa et rigolo (bien qu’en principe je n’aime pas la techno !!). Parce qu’on parle beaucoup de Bénabar (et c’est mérité !), mais il ne faut quand même pas oublier de dire un truc : les musiciens assurent ! grave !!!

Voilà ! En résumé, un seul mot : GENIAL !!!! Que ceux qui n’ont encore jamais vu Bénabar sur scène y courent ; ça vaut vraiment vraiment vraiment vraiment le coup ! Et puis même si vous connaissez mal sa discographie, je vous rassure, il articule très bien, le jeune homme, donc on comprend tout et on en profite à fond. D’ailleurs la première fois que je l’ai vu en concert, je ne connaissais que la moitié des chansons (celles du 2ème album), et j’ai été scotchée ! Alors allez-y !!!

Cali
A Toulouse il a plu, à  Séville j'ai trop bu, à  Rio j'ai eu le mal du pays...
Pari perdu, je retourne vivre à  Paris!

Répondre