Abd Al Malik

Parlez ici de vos coups de coeur, faites votre promo , ouvrez nos esprits aux valeurs sûres pourquoi pas mais surtout à la nouveauté !!!!

Mais ceci ne vous dispense pas d'écrire un article sur le site...

Modérateur : Modérateurs

Règles du forum
Bienvenue dans la section "Artistes à découvrir"!
Cette section est importante, car elle nous permet de partager nos trouvailles ; à ce titre, elle contient essentiellement des artistes qui passent peu sur les médias et/ou qui débutent tout juste (mais vous trouverez des exceptions de taille!! :wink: )

N'oubliez pas d'avoir la liste qui a été créée pour éviter les répétitions inutiles.
Voici donc quelques recommandations pour que ce forum reste convivial et lisible :
- avant de poster un nouveau sujet merci de vérifier dans la liste si l'artiste dont vous voulez parler n'y figure pas déjà ,
- au besoin, utilisez la fonction Rechercher (Ctrl + F)! dans cette liste (celle du forum n'est pas super fiable)
Merci d'avance!
Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Abd Al Malik

Message par Cécilia » 02 juil. 2007 3:15

Image

Le disque est sorti depuis un an, mais comme personne n'a (apparemment) encore créé de fil sur Abd Al Malik (pas assez chanson française pour les bénabarges ?), je m'y colle. Je vous ai déjà  dit ce que j'en pensais ici, à  savoir qu'il est phénoménal. Comme je n'ai pas trop le temps présentement de m'étendre :rougit: , je vous mets la (belle) critique de Gibraltar parue dans Télérama l'année dernière.

Image

Philippe Barbot, dans [url=http://www.telerama.fr/musique/M0606261219543.html][i]Télérama[/i][/url], a écrit :Roulement de tambour, crépitement de claquettes, applaudissements, puis s'ébroue un riff de piano jazz. Mais où donc est-on ? Dans un cabaret be-bop ou un disque de hip-hop ? Ni l'un ni l'autre. Si Abd Al Malik vient du rap (il a fait partie du groupe NAP, puis a publié un premier album solo il y a deux ans), ce nouvel album marque un tournant historique, à  la fois dans sa propre carrière et dans l'évolution du style. Loin des clichés fatigués, Régis Fayette-Mikano (c'est son nom, avant qu'il ne se convertisse à  l'islam) réinvente les matières sonores et littéraires, avec un mélange de hardiesse et de candeur confondantes. Le voilà  - en compagnie de son complice compositeur Bilal et sous la houlette de l'arrangeur Régis Ceccarelli - qui mixe slam, jazz et chanson française, sample Nina Simone et Jean Ferrat, joue avec Marcel Azzola ou Mathieu Boogaerts, cite Deleuze et Derrida. Et réussit, à  partir de cet embrouillamini d'influences, à  créer une œuvre originale et novatrice, au service d'un discours, certes plus conventionnel, mais tout aussi efficace.
En quinze titres à  la fois denses et aérés (peut-être le seul reproche à  faire au disque : un peu long), Abd Al Malik, adepte du soufisme, doctrine mystique de l'islam, prône l'amour et la tolérance en évitant prêchi-prêcha et prosélytisme. Lui préfère raconter des histoires, comme celles du candidat émigrant à  Gibraltar, du grand frère qui ne reviendra pas parce qu'il a pris un certain DC 10 de la compagnie UTA, ou du flic noir auteur d'une bavure sur l'un de ses frères. Evoque le 11 Septembre (« Si je n'avais pas eu la foi, j'aurais eu honte d'être muslim »), célèbre une « France arc-en-ciel, débarrassée de toutes ses peurs », recommande de faire attention aux mots et supplie de ne pas confondre foi et politique. Parfois accompagné d'un simple piano, Malik batifole aussi entre musiques de films noirs et ballades classico-pop, convoque les voix de Keren Ann ou de Wallen. « Je continuerai à  invoquer l'amour jusqu'à  ce que son règne vienne. » Belle mission, beau disque.



Ici, vous avez une petite vidéo...

Là , vous avez d'autres vidéos :love: (je vous ai déjà  mis le lien sur un autre fil... :rougit: ).


Sinon, le site officiel d'Abd Al Malik, c'est ici...
Modifié en dernier par Cécilia le 21 avr. 2008 2:29, modifié 3 fois.

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 03 juil. 2007 0:09

Je vois qu'il y a tout de même une personne qui a vu mon post... (lu, je ne sais pas :mrgreen:, mais vu, c'est sûr... )
Merci, Stéfanie... :wink:

Avatar du membre
juma
3h10 pour....
Messages : 406
Enregistré le : 13 oct. 2005 1:16

Message par juma » 03 juil. 2007 0:34

j'adore !!

les textes sont travaillés ( voir engagés ) et la musique très entrainante :

comme quoi ...

tout est possible !

:wink:

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 03 juil. 2007 0:57

juma a écrit :j'adore !!
:jumpy: :jumpy: :jumpy:

Avatar du membre
July
Bénabarge
Bénabarge
Messages : 996
Enregistré le : 28 mars 2004 13:26
Localisation : Dans un joli p'tit coin de Suisse !

Message par July » 03 juil. 2007 9:46

Je ne connais pas vraiment en fait. J'en ai déjà  entendu parler (notamment aux victoires de la musique), mais sans vraiment y porter l'attention nécessaire.

Bon, je vais remédier à  cela, soit je vais faire fonctionné I-tunes Store et acheter une p'tite chanson ! :wink: Je vous redis ce que ça donne...
" J'en ai ras l'bol de tout ce béton, j'ai la folie des grands espaces... " Ridan

Avatar du membre
Stéfanie
"Qu'est ce que tu fais pour la soirée?"
"Qu'est ce que tu fais pour la soirée?"
Messages : 7881
Enregistré le : 03 juil. 2006 17:55
Localisation : chez Diane
Contact :

Message par Stéfanie » 03 juil. 2007 10:03

ccl a écrit :(lu, je ne sais pas :mrgreen:, mais vu, c'est sûr... )
...si si, même lu :mrgreen:

...ça fait deux fois que j'ai vu Abd al Malik sur scène, mais chaque fois pour une ou deux chansons seulement...
...mais voilà , je vais finir sur une petite touche de pub, la programmation des Solidays annonce son passage pour dimanche :D


Image

...j'ai vraiment hâte d'être là , mais j'espère qu'il fera plus beau qu'aujourd'hui :roll:

...d'ailleurs, j'espère aussi que t'as ENFIN ^^ pris ton billet :roll: :wink:
"Je voyais passer des ombres, et quand je les appelais, comme dans un autre monde, le brouillard les avalait..."
- monsoleiiil -
"Celui qui anticipe tous les dangers ne prendra jamais la mer."

Avatar du membre
Lena
Bénabarge
Bénabarge
Messages : 1396
Enregistré le : 16 févr. 2007 18:37
Localisation : Victime de la diaspora corse à Paris

Message par Lena » 03 juil. 2007 10:17

Désolée ccl, mais comme slammeur, moi, je préfère Grand Corps Malade ....

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 04 juil. 2007 2:49

Stéfanie a écrit :je vais finir sur une petite touche de pub, la programmation des Solidays annonce son passage pour dimanche :D
:) Figure-toi que j'étais un petit peu au courant... :rougit:

Stéfanie a écrit :...d'ailleurs, j'espère aussi que t'as ENFIN ^^ pris ton billet :roll: :wink:
:-s :rougit: :?


Lena a écrit :Désolée ccl, mais comme slammeur, moi, je préfère Grand Corps Malade ....
Pas besoin d'être désolée, Lena... :) Et puis, je l'aime aussi Grand Corps Malade... Mais Abd Al Malik n'est pas que slammeur. Il me semble qu'il a un univers musicalement plus riche que celui de Grand Corps Malade (sauf qu'a priori, les musiques ne sont pas de lui, du moins sur l'album Gibraltar...). Ecoute par exemple la chanson Gibraltar ou Le grand frère (sur cette vidéo, il y a aussi L'alchimiste).

Mais je dis peut-être une grosse bêtise, étant donné que je ne connais que deux ou trois morceaux de Grand Corps Malade. Donc, si je dis une grosse bêtise, je compte sur toi pour la corriger... :wink:


Et puis un artiste qui cite Derrida dans une chanson (12 septembre 2001) ou Epictète dans un article ou Socrate ou Sénèque, ça ne court pas les rues... :roll: (Ça change de Doc Gynéco... :mrgreen: ) Je ne le connaissais même pas, Epictète :rougit: (ou alors j'ai oublié... :? ). Et Derrida, Socrate et Sénèque, je ne les ai pas lus non plus... :embaras:
Faut dire qu'en terminale (c'était il y a longtemps... :rougit: ), avec mon soi-disant prof de philo, on a fait tout sauf de la philo...
Modifié en dernier par Cécilia le 21 avr. 2008 2:35, modifié 3 fois.

Avatar du membre
juma
3h10 pour....
Messages : 406
Enregistré le : 13 oct. 2005 1:16

Message par juma » 04 juil. 2007 13:39

Je suis du même avis que ccl, j'aime bien grand corps malade mais quand j'écoute abd al malik, j'ai l'impression que c'est plus "riche" au niveau de la musique, des textes ...
D'ailleurs je ne sais pas si on peut réellement le "classer" dans la catégorie slammeur, c'est peut-être réducteur par rapport aux différents styles qu'il mélange

ejdcjdr :wink:

ccl : y a aussi un duo - 1/2 reprise - avec Keren Ann qui se nomme "m'effacer" : pas mal du tout

:mrgreen:

Avatar du membre
héléno
Bénabarge
Bénabarge
Messages : 1136
Enregistré le : 23 mai 2004 11:03
Localisation : moi ch'uis amoureuse de paname...

Message par héléno » 04 juil. 2007 13:55

juma a écrit :ccl : y a aussi un duo - 1/2 reprise - avec Keren Ann qui se nomme "m'effacer" : pas mal du tout
Et on trouve ça où ? Ca m'intéresse pour Keren Ann :D

Avatar du membre
juma
3h10 pour....
Messages : 406
Enregistré le : 13 oct. 2005 1:16

Message par juma » 04 juil. 2007 14:14

bah dans mon ordi !!! :-)))

et accessoirement sur son album aussi !!

:mrgreen:

Avatar du membre
héléno
Bénabarge
Bénabarge
Messages : 1136
Enregistré le : 23 mai 2004 11:03
Localisation : moi ch'uis amoureuse de paname...

Message par héléno » 04 juil. 2007 14:19

Et désormais dans le mien 8)

Merci morue !

Avatar du membre
Lena
Bénabarge
Bénabarge
Messages : 1396
Enregistré le : 16 févr. 2007 18:37
Localisation : Victime de la diaspora corse à Paris

Message par Lena » 04 juil. 2007 14:38

J'ai bien réécouter les textes d'Abd Al Malik. Ils sont assez beaux, surtout "Gibraltar" et "12 septemnbre", mais en fait, je me sens plus proche des texte de Grand Corps Malade.

Avatar du membre
Stéfanie
"Qu'est ce que tu fais pour la soirée?"
"Qu'est ce que tu fais pour la soirée?"
Messages : 7881
Enregistré le : 03 juil. 2006 17:55
Localisation : chez Diane
Contact :

Message par Stéfanie » 04 juil. 2007 16:18

ccl a écrit :
Stéfanie a écrit :je vais finir sur une petite touche de pub, la programmation des Solidays annonce son passage pour dimanche :D
:) Figure-toi que j'étais un petit peu au courant... :oops:
...je m'en doutais pas :wink:
...mais par contre j'suis sûre qu'il y en a d'autres qui ne le sont pas encore, c'est pour ça que je l'avais posté :roll:
"Je voyais passer des ombres, et quand je les appelais, comme dans un autre monde, le brouillard les avalait..."
- monsoleiiil -
"Celui qui anticipe tous les dangers ne prendra jamais la mer."

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 06 juil. 2007 1:25

Bon, j'abuse un peu :oops: , mais je vous remets un peu de lecture, si ça intéresse quelqu'un... C'est une rencontre entre Abd Al Malik et Gérard Jouannest. Gérard Jouannest y compare son travail avec Abd Al Malik avec son travail, autrefois, avec Jacques Brel. Rien que ça... :)



Sinon...
Caramba.fr a écrit :ABD AL MALIK sera en tournée toute l'année 2007 accompagné par un quatuor jazz orchestré par Régis Ceccarelli. On trouve donc à  ses côtés : Laurent de Wilde (piano et fender rhodes), Julien Charlet (batterie), Manuel Marchès (contrebasse), Gérard Carrocci (percussions), et le fidèle Bilal aux platines.
Toute l'année 2007 et aussi une partie de l'année 2008 en fait...
Caramba.fr a écrit :06/07/2007 - Festival d'été, Valence (26) (France)
07/07/2007 - Les Nuits Blanches du Vieux Cannet, Le Cannet des Maures (France)
08/07/2007 - Solidays, Paris (France)
11/07/2007 - Francofolies, La Rochelle (France)
12/07/2007 - Festival Les Suds, Arles (13) (France)
14/07/2007 - Fêtes Escales, Vénissieux (France)
15/07/2007 - Festival de Musilac, Aix Les Bains (France)
17/07/2007 - Festival de la Cote d'Opale, Boulogne sur Mer (62) (France)
18/07/2007 - Les Francofolies, Spa (Belgique)
20/07/2007 - Montreux Jazz Festival, Montreux (Suisse)
22/07/2007 - Festival des Vieilles Charrues, Carhaix (France)
23/07/2007 - Festival de Jazz de Deauville, Deauville (France)
24/07/2007 - Festival Les Authentiks, Théâtre antique de Vienne (France)
27/07/2007 - Festival de Jazz des 5 continents, Marseille (France)
28/07/2007 - Festival Africajarc, Cajarc (France)
31/07/2007 - Francofolies, Montréal (Canada)
01/08/2007 - Francofolies, Montréal (Canada)
04/08/2007 - Les Méditerranéennes, Leucate (11) (France)
06/08/2007 - Fiest'à  Sète, Sète (34) (France)
08/08/2007 - Théâtre de Verdure, Pau (64) (France)
11/08/2007 - Festival du Bout du Monde, Crozon (29) (France)
13/08/2007 - Festival Musicalarue, Luxey (France)
16/08/2007 - Festival DARC, Chateauroux (36) (France)
28/09/2007 - Théâtre La Passerelle, Gap (05) (France)
30/09/2007 - Théâtre, Fourmies (59) (France)
02/10/2007 - L'Olympia, PARIS (France)
11/10/2007 - Le granit, Belfort (90) (France)
17/10/2007 - Théâtre Edwige Feuillère, Vesoul (70) (France)
19/10/2007 - Salle Jacques Brel, Mantes La Ville (France)
20/10/2007 - Théâtre Simone Signoret, Conflans Ste Honorine (France)
21/10/2007 - Théâtre de La Faïencerie, Creil (France)
23/10/2007 - Tourcoing Jazz Festival, Tourcoing (59) (France)
25/10/2007 - Centre Culturel Juliette Drouet, Fougères (France)
26/10/2007 - Centre Culturel Athéna, Auray (France)
27/10/2007 - Le Quai des Rêves, Lamballe (France)
01/11/2007 - Le Pathé Palace, Bruxelles (Belgique)
13/11/2007 - Espace Carpeaux, Courbevoie (France)
14/11/2007 - Service Culturel, Bourgoin Jailleu (38 ) (France)
15/11/2007 - Théâtre, Villefranche sur Saône (France)
16/11/2007 - Théâtre de Privas, Privas (07) (France)
17/11/2007 - Le Grand Angle, Voiron (38 ) (France)
20/11/2007 - Théâtre Le Fémina, Bordeaux (33) (France)
21/11/2007 - Casino, Toulouse (31) (France)
28/11/2007 - Théâtre, Montmélian (France)
30/11/2007 - Théâtre, Le Creusot (France)
01/12/2007 - Bellegarde, Bellegarde (01) (France)
07/12/2007 - Théâtre Jean Vilar, Vitry Sur Seine (France)
13/12/2007 - Montargis, Montargis (45) (France)
15/12/2007 - Le Forum, Blanc Mesnil (France)
02/02/2008 - Théâtre, Clichy la Garenne (92) (France)
13/02/2008 - Théâtre des Jacobins, Dinan (France)
14/02/2008 - Théâtre, Chemillé (49) (France)
15/02/2008 - Espace Culturel Capellia, La Chapelle sur Erdre (France)
16/02/2008 - Centre Culturel Joel Le Theule, Sablé s/ Sarthe (72) (France)
22/02/2008 - Théâtre, St Quentin en Yvelines (78 ) (France)
23/02/2008 - Palais du Littoral, Grande Synthe (France)
24/02/2008 - Théâtre le Manège, Givet (France)
27/02/2008 - Théâtre, Mons (Belgique)
28/02/2008 - Maison de la Culture, Arlon (Belgique)
12/03/2008 - Théâtre Le Cratère, Alès (30) (France)
13/03/2008 - Le Casino, Hyères (83) (France)
14/03/2008 - Théâtre, Saint Chamond (France)
17/03/2008 - Théâtre Giacosa, Aoste (Italie)
22/03/2008 - Palais des Festivals, Cannes (France)
27/03/2008 - Noyon, Noyon (60) (France)

Avatar du membre
Mareck
Mareck mais n'Halter pas
Messages : 4793
Enregistré le : 16 févr. 2007 0:05
Localisation : Talence

Message par Mareck » 06 juil. 2007 8:07

Je passe donner un ptit avis rapide vu qu'un pôte vient de me préter
son CD il y a juste 2 jours. :oops:

A la premiére écoute, j'aime surtout au niveau des textes(musicalement, ben je préfére GGM =) d'ailleurs, lui, ben j'adore :-)1 )

Pour le moment, je ne me suis pas encore assez "imprégnée" de toutes ses chansons donc je reviendrais faire un ptit tour pour donner
un autre avis.

et pour citer
juma a écrit :
ccl : y a aussi un duo - 1/2 reprise - avec Keren Ann qui se nomme "m'effacer" : pas mal du tout
j'ai adoré celle là  tout particuliérement :wink:

:D
"elle est pas belle la vie. Advienne que pourra, inch allah Youpi!"

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 09 juil. 2007 1:57

Solidays, le 8 juillet 2007... :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: Enorme... :love: :love: :love: :love: :love:


Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image
Modifié en dernier par Cécilia le 21 avr. 2008 2:38, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 13 juil. 2007 1:36

Devant l'enthousiasme général :roll: , je vous remets un peu de lecture...
Noémie Lecoq, dans [url=http://www.lesinrocks.com/DetailCritique.cfm?iditem=199537][i]Les Inrockuptibles[/i][/url], a écrit :Abd Al Malik
Gibraltar


Il faut sans doute avoir la foi pour découdre et recoudre les trames d'un style musical. Ce Strasbourgeois d'origine congolaise est adepte du soufisme, un courant mystique de l'islam, et milite pour la paix. Après un album solo et une autobiographie cinglante, ce second album claque la porte aux clichés du rap. Ce défi non dissimulé de marquer son temps est nuancé par des hésitations volontaires dans le slam de cet ancien membre du groupe NAP. Le ton, acéré et définitif, secoue les consciences sans les agresser, loin des coups de poings habituels trop souvent lancés dans le vide.

Epaulé par le compositeur Bilal et par Renaud Létang au mixage, il tisse un patchwork de jazz, de chanson française et de hip-hop en s'appuyant sur des samples de Nina Simone, Fairuz ou Jean Ferrat et en conviant la guitare de Mathieu Boogaerts ou la voix de Keren Ann (M'effacer), parfaite pour compléter cette mélancolie douce-amère. Admirateur de Brel, il s'est entouré de deux de ses anciens musiciens à  l'accordéon et au piano. Son écriture débridée, même si peu délurée, s'inspire de l'univers de Raymond Carver et d'Albert Camus, et oscille entre lucidité sociale (l'immigration sur Gibraltar, le terrorisme sur 12 septembre 2001) et espoir. De la foi donc, et un peu d'utopie. Un rappeur cache un rêveur.

Le 10 juillet 2007, Emmanuel Marolle, dans [url=http://www.leparisien.fr/home/loisirs/articles.htm?articleid=276130285][i]Le Parisien[/i][/url], a écrit :Les grands festivals s'arrachent l'artiste, révélation musicale de l'année avec son mélange de rap, de jazz et de chanson à  texte. Rencontre avec une personnalité hors norme, qui créera l'événement demain pour l'ouverture des Francofolies.

Cet été, il est partout : Vieilles Charrues, Eurockéennes, Solidays, Montreux, Deauville. Les festivaliers n'échapperont pas à  Abd Al Malik, 32 ans, sensation de la saison depuis la sortie il y a un an de son deuxième album, « Gibraltar ». Le musicien ouvrira même les 23es Francofolies de La Rochelle demain soir (lire ci-contre) aux côtés de Renaud, Miossec et Ayo.
« Je suis super-fier de jouer avec eux, explique-t-il. Renaud a été le premier à  parler de la banlieue avant les rappeurs, Miossec attache, tout comme moi, une grande importance aux textes et j'aime beaucoup le reggae métissé d'Ayo. L'éclectisme me correspond bien. »

« La posture de haine dans le milieu du rap, le côté Nique Sarkozy, est extrêmement commercial »

Il le répète même depuis l'arrivée de ce deuxième album pas facile qui a su mettre tout le monde d'accord, public et critiques. « Gibraltar », au confluent du jazz, de la chanson et du rap, a séduit plus de 100 000 acheteurs, un exploit en ces temps de disette musicale, lui a valu le prix Constantin à  l'automne dernier et une Victoire de la musique en mars. « Tout cela, c'est la cerise sur le gâteau mais c'est pas le gâteau. Le gâteau, ce sont les rencontres avec les gens qui ont compris ma démarche. » Abd Al Malik a souvent le sens de la formule. Ses premières apparitions télé à  la rentrée 2006 ont fait mouche. « L'émission A vous de juger , présentée par Arlette Chabot, a été un moment clef pour moi. Je débattais avec Bernard Tapie, Philippe Séguin, Max Gallo et l'équipe du film Indigènes sur le thème de l'identité. A partir de là , on a vu les ventes de disques s'accélérer, les demandes d'interviews affluer. » Car Malik est ce que les télés appellent un « bon client », beau et bon parleur : licencié en philosophie et en lettres, l'artiste est né Régis Fayette-Mikano, fils d'un journaliste congolais et d'une aide-soignante, enfant turbulent d'une cité de Strasbourg, sauvé par les études, musulman piégé d'abord par les fondamentalistes avant de défendre aujourd'hui un islam modéré qui « ne mélange pas la politique avec la foi ». Le genre de curiosité qui a emballé les médias par le silence attentif qu'il impose en prenant la parole. « On vit dans un monde d'insécurité linguistique. Moi, je viens d'un environnement où les gens avaient du mal à  s'exprimer et finissaient par le faire à  travers la violence. Savoir parler, c'est savoir se faire comprendre. »

Malik veut néanmoins éviter l'écueil du rappeur intello alibi. « Je ne suis pas le philosophe de la banlieue. » Il est avant tout musicien, auteur d'un disque magnétique. Un an après, il parle de ce « Gibraltar » comme d'« un pavé jeté dans la mare du hip-hop ». « La posture de haine dans le milieu du rap, le côté Nique Sarkozy, est extrêmement commercial. Moi, je suis dans le consensus actif. Ça, c'est subversif aujourd'hui. »

Après les festivals, ce sont les centres culturels qui lui déroulent le tapis rouge jusqu'en mars 2008. D'ici là , il sortira un nouveau disque le 19 novembre, projet collectif avec sa femme, la chanteuse de R'n'B Wallen, et les rappeurs de son premier groupe N.A.P. « Cela va s'appeler Beni-Snassen , du nom d'une tribu berbère réputée pour son esprit chevaleresque. Dans ce disque, nous aussi on se considère comme des guerriers, mais des guerriers de la paix. »


Sinon, vous avez un petit peu d'Abd Al Malik dans le JT de 20 heures de France 2 du 12 juillet dans un (court) reportage sur l'ouverture des Francofolies de La Rochelle...
Modifié en dernier par Cécilia le 21 avr. 2008 2:42, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 18 juil. 2007 2:50

Un joli compte rendu du concert d'Abd Al Malik aux Solidays trouvé ici... :D
Il ne faudra faire que quelques mètres pour assister à  l'un des plus grands concerts du festival. Abd Al Malik, homme touché par la grâce, est un shaman. Il distille des paroles d'une finesse d'écriture très rare, fluctue son débit comme bon lui semble, casse les rythmes et les codes établis dans le style. Son charisme exceptionnel fait que l'on ne regarde que lui, malgré le niveau exceptionnel de ses musiciens qui l'accompagnent dans un univers résolument jazzy. Le public est en ébullition dès la première chanson avec Soldat de plomb. Difficile de ne pas être subjugué par un tel show. Exit ici la pyrotechnique compliquée, les lights tape à  l’œil. Ici le personnage s'efface presque dans de noires fumées au profit de ses propos. Les mots fusent, les phrases valsent, le public devient hystérique, et cette sensation ne cesse d'aller crescendo.
:-)p




A part ça, Juliette Gréco sera "peut-être" à  l'Olympia avec Abd Al Malik le 2 octobre... :)
Abd Al Malik, sur [url=http://forums.nouvelobs.com/1104/_Abd_Al_Malik.html]Nouvel obs.com[/url], a écrit :En ce moment j´écris pour elle, pour son prochain album, et j´espère partager une scène avec elle très prochainement (peut-être l´Olympia, le 2 octobre, lors de mon concert, mais il y aura aussi plein d´autres surprises).
Modifié en dernier par Cécilia le 21 avr. 2008 2:45, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 20 juil. 2007 3:28

Pascal Bussy a écrit :Abd Al Malik / Gibraltar

Après son premier disque Le face à  face des cœurs et son livre Qu'Allah bénisse la France, parus tous les deux au début de 2004, Abd Al Malik franchit une nouvelle étape. En s'inspirant de la chanson, du jazz, et du slam, ce style parlé-chanté né à  Chicago au début des années quatre-vingt dans le sillage du mouvement hip hop, son deuxième album renouvelle l'esthétique du rap.

Pour Gibraltar, le leader des New African Poets (NAP), s'est imposé un cahier des charges quasi-éthique : « déconstruire dans la forme la notion même de rap tout en restant hip hop ». Il a réuni autour de lui son complice Bilal qui a composé la plupart des titres, Laurent Vernerey à  la basse, Olivier Daviaud au violoncelle, Renaud Létang au mixage. Wallen fut conviée à  prêter sa voix. Matthieu Boogaerts offrit quant à  lui sa guitare. N'oublions pas non plus le pianiste Gérard Jouannest qui compose et interprète trois pièces au piano, et l'accordéoniste Marcel Azzola, deux vétérans qui ont travaillé autrefois avec Jacques Brel, référence absolue pour Abd Al Malik. Dans le rôle du « metteur en sons » - comme on dit « metteur en scène » pour un film - Régis Ceccarelli a apporté son talent de batteur et un esprit jazz que l'on retrouve dans la construction des morceaux et dans leur instrumentation qui sort de l'ordinaire. Il a aussi enluminé l'album avec des samples soigneusement choisis : empruntés aux univers de Keren Ann, Nina Simone, Fairuz, Ziad Rahbani, Jean Ferrat et Alain Goraguer, ces échantillons cosmopolites sont autant de décors sonores qui habillent la poésie citadine de Malik.

L'auteur Abd Al Malik puise son inspiration dans le blues des origines. Mais son art descend aussi en ligne directe de toute une généalogie de personnalités qui ont mis leurs voix au service de leurs cultures : les Last Poets ancêtres du hip hop, Gil Scott-Heron poète de référence, Al Green le prêcheur tourmenté, les Positive Black Soul et leur message de paix venu d'Afrique. Comme chez eux, la voix d'Abd Al Malik est un étendard qui lui permet de divulguer son message : assorti de sa morale tolérante mais ferme qui ne peut se concevoir autrement que lucide et réaliste, il recèle une volonté omniprésente de faire avancer les choses vers un monde meilleur.

Très conscient de son rôle d'artiste et de sa position de témoin privilégié, l'ancien enfant des banlieues de Strasbourg ose ce constat sur les cités où il a longtemps vécu : « le mal de vivre se conjugue avec des éclats de rire, les intelligences les plus fines côtoient la violence la plus bête ». Il ne veut pas « avoir honte d'être muslim », il parle à  « la grande famille de l'humanité » des droits de l'homme, du terrorisme, d'amour et d'espoir. Rap, poésie, chanson, slam, jazz, sa musique forgée dans l'urgence ne ressemble à  aucune autre, elle est inédite, moderne et inventive.

Rappeur d'origine congolaise converti au soufisme, Abd al Malik n'hésite pas à  citer dans un même élan Deleuze, Derrida, et Saul Williams. Ceux qui auront lu son livre comprendront... Son flow, très attachant car fragile et toujours en équilibre, est la marque de fabrique de ce nouveau swing urbain. OVNI musical et culturel, Gibraltar est un disque qui pourrait bien marquer son époque.
Modifié en dernier par Cécilia le 21 avr. 2008 2:47, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 21 juil. 2007 23:47


Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 23 juil. 2007 2:03


Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 27 juil. 2007 1:07

Abd Al Malik à  Montreux... :D







Et ici 26 photos d'Abd Al Malik aux Vieilles Charrues... J'aime particulièrement celle-ci...


Image





Sinon, Abd Al Malik est sur Europe 1 ce vendredi de 15 heures à  16 heures dans l'émission de Frédéric Taddeï Regarde les hommes changer... :)
Modifié en dernier par Cécilia le 19 sept. 2007 3:16, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Ananais
Un album sur Colette et l'apéro à 17°
Un album sur Colette et l'apéro à  17°
Messages : 1552
Enregistré le : 24 févr. 2006 0:20
Localisation : dans la ville Lumière
Contact :

Message par Ananais » 27 juil. 2007 9:53

ccl a écrit :


Et ici 26 photos d'Abd Al Malik aux Vieilles Charrues... J'aime particulièrement celle-ci... [/color][/size]

Image
Ahh ben ça ouais! Il avait l'air de s'éclater comme un gamin :D ...
Quand je veux m'jetter du pont du Carroussel
Je me dis finalement non la vie est belle
Quand quelqu'un me dit Dieu que la vie est belle
J'voudrais me jeter du pont du Carroussel

Avatar du membre
fée de passage
Sympathique (dixit elle-même) bibliothécaire nécroglossophile
Sympathique (dixit elle-même) bibliothécaire nécroglossophile
Messages : 748
Enregistré le : 01 déc. 2006 20:20
Localisation : paris

Message par fée de passage » 27 juil. 2007 10:54

Ca fait bizarre la photo parce que dans mes souvenirs il me semblait il faisait plus nuit.... :roll:
En tout cas, c'est mieux sur scène qu'à  la télé. Ses musiciens sont bien. et lui il s'amuse comme un petit fou.

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 29 juil. 2007 1:37

fée de passage a écrit :Ses musiciens sont bien.
:roll: C'est ce que j'appelle un euphémisme... :wink: Rien que Laurent De Wilde au piano... Il est loin d'être manchot, Laurent De Wilde... :)


Laurent De Wilde, il en est aussi question dans cet article...

le 20 avril 2007, Bertrand Dicale, dans [url=http://www.lefigaro.fr/culture/20070420.FIG000000261__bourges_juliette_greco_croise_abd_al_malik.html][i]Le Figaro[/i][/url], a écrit :Le Printemps de Bourges se délecte depuis son origine de sa capacité à  produire de l'histoire, à  susciter des instants plus grands que les scènes sur lesquelles ils surviennent. Ainsi savait-on qu'il se passerait quelque chose, mercredi soir, au Pavillon d'Auron : Abd al Malik, le rappeur qui marche de triomphe en triomphe depuis la sortie de son album Gibraltar, en juin 2006, précédait le concert de Juliette Gréco. Devant un public dans sa grande majorité peu habitué à  la fréquentation du hip-hop, il donnait à  entendre son humanisme radieux, sa féroce mise à  mort des clichés du bad boy et du rebelle en uniforme, son ouverture vers l'audace native du jazz (grâce notamment à  l'éblouissant Laurent De Wilde au piano). À la fin de son heure de scène, il appelait à  le rejoindre Gérard Jouannest, pianiste de Jacques Brel et époux de Juliette Gréco, qui a participé à  son album. Première image symbolique.


Un échange au delà  des genres

Ensuite, Gréco est sur scène. Verbe radieux, ferveur sereine, liberté éblouissante. Au milieu de son concert, après La Javanaise qu'elle créa il y a quarante-quatre ans, elle commence Né quelque part de Maxime Le Forestier, depuis quelques mois à  son répertoire. Abd al Malik surgit, partageant avec Juliette Gréco une chanson qui soudain se trouve un sens neuf : le jeune Alsacien d'origine congolaise et la dame au nom corse née à  Montpellier de mère bordelaise discutent de l'origine, de l'enracinement, de la lignée. Et quand le rappeur scande avec douceur « Je suis né quelque part/Laissez-moi ce repère/Ou je perds la mémoire », l'échange dépasse les questions de l'âge, du genre, de la forme artistique. Un peu d'éternité se fabrique, alors qu'autour dans Bourges s'écrit la chronique quotidienne d'un festival en pleine santé...


Ananais a écrit :Il avait l'air de s'éclater comme un gamin :D ...
fée de passage a écrit :et lui il s'amuse comme un petit fou.
En même temps, un concert d'Abd Al Malik, ça ne se résume pas à  un gamin qui s'éclate... :wink: Mais c'est vrai qu'il a l'air heureux comme tout sur scène... :) Personnellement, je le trouve assez bouleversant... :rougit: Et puis le "gamin" a une sacrée maturité et des choses à  dire (vous avez écouté ses textes ?). Et une drôlement belle façon de les dire...


A part ça, vous aimez ? :rougit:







Sinon, c'est gentil d'être venues poster ici. :D Etre la seule à  poster ici depuis trois semaines, ça commençait à  être désespérant... Image Vous avez eu pitié, c'est ça ? :mrgreen:
Modifié en dernier par Cécilia le 21 avr. 2008 2:53, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 21 sept. 2007 3:11

[i]Télérama[/i] a écrit :Abd al Malik

"Les médias ont besoin de nourriture, je ne veux pas être leur hamburger."

Avec ses textes subtils et incisifs, il pose les bonnes questions. Homme de foi, d'art et de réflexion, le rappeur soufi dynamite l'esthétique du hip-hop. Intense.

Il y a encore un an, son nom ne résonnait guère en dehors des cercles du hip-hop. Aujourd'hui, son rap pacifiste et très musical fait des merveilles partout, dans les belles salles de la capitale comme dans celles de ces banlieues dites difficiles où les médias qui l'encensent n'osent pas toujours s'aventurer. En quelques mois, Abd al Malik a remporté le prix Constantin, le prix de l'Académie Charles-Cros, une Victoire de la musique, et vendu plus de 200 000 exemplaires de son deuxième album solo, Gibraltar. Le succès aurait pu l'emporter ; il ne l'a pas changé. Le garçon de 32 ans est courtois, discret, écoute avec attention, parle d'une voix douce. Lui qui a grandi dans la périphérie de Strasbourg en dévorant Deleuze et Derrida, mais en cédant aussi aux sirènes vénéneuses de la délinquance et du radicalisme religieux, a su faire sa révolution : Abd al Malik est devenu soufi. Ce qui a tout changé, sa façon d'être et de rapper. Qu'Allah bénisse la France, récit autobiographique paru en 2004, retraçait déjà  sa drôle de vie de rescapé. L'an passé, il a osé solliciter l'ancien pianiste de Brel, Gérard Jouannest, pour les compositions de Gibraltar. Résultat magistral ! Sur disque comme dans la vie, le garçon apaisé abat les clivages, dynamite les clichés. Le jour où nous l'avons rencontré, dans la cafétéria d'un hôtel québécois, il revenait à  peine du Montreux Jazz Festival et s'apprêtait à  enflammer les Francofolies de Montréal. A la croisée des chemins artistiques, entre jazz, chanson et musiques urbaines. Le voici aujourd'hui à  la veille d'un prestigieux Olympia. Libre rappeur, libre penseur.


Le succès ne vous tourne pas la tête ?
Je le vis tranquillement. Je ne confonds pas la vie et le décorum : quand je me retrouve dans la suite d'un bel hôtel, j'en profite... sans me dire que c'est chez moi. J'ai commencé dans le rap à  13 ans, j'en ai 32 aujourd'hui. J'ai eu le temps de faire la vedette... Surtout, la spiritualité occupe une place essentielle dans ma vie. Elle me permet de tout équilibrer.

La spiritualité vous a-t-elle aidé dans votre parcours ?
Je suis la preuve vivante que le déterminisme n'existe pas. Mon histoire est simple : mes deux parents sont d'origine congolaise ; au début des années 70, mon père a eu l'opportunité de venir en France pour continuer ses études. C'est là  que je suis né. Deux ans plus tard, il est retourné à  Brazzaville pour devenir conseiller du Premier ministre. J'y ai vécu quatre ans. L'enfance, la lumière, la famille... j'en garde le souvenir d'une grande période de joie. Des intellectuels et des musiciens passaient souvent à  la maison. Puis la situation politique a changé et nous sommes revenus en France. A Strasbourg, parce que mon père y a tardivement suivi l'école de journalisme. Dans le quartier du Neuhoff, parce qu'il n'avait pas beaucoup de moyens.

Ce fut un choc ?
Au début, non. Pas à  travers mon regard d'enfant. Mais, petit à  petit, j'ai vu mon environnement se dégrader : mes parents se sont séparés et comme ma mère travaillait, nous étions plus ou moins livrés à  nous-mêmes. Puis la violence est arrivée dans la cité. La délinquance et la drogue.

Qui vous ont attiré?
Je craignais d'être victime d'ostracisme. Du coup, j'ai commencé à  commettre de petits vols à  l'étalage. Je suis devenu pickpocket, j'ai aussi dealé du shit. Tout ça ne me paraissait pas très méchant... jusqu'à  ce que l'héroïne débarque. En 1988, un de mes proches est mort d'overdose, il avait 15 ans et demi. L'année suivante, c'est mon cousin Hubert, que je considérais comme mon grand frère, qui est mort dans le DC 10 d'UTA [l'attentat contre le vol Brazzaville-Paris, qui fit cent soixante-dix victimes au-dessus du Tchad, NDLR]. Ces décès m'ont poussé à  me questionner sur la vie. Comme je viens d'une famille assez religieuse, catholique, je me suis tourné vers la spiritualité.

Pourquoi avoir rompu avec le catholicisme ?
Il n'y a pas eu de rupture. Simplement, à  l'âge de 15 ans, le catholicisme me semblait trop complexe alors que l'islam m'offrait un accès plus direct vers Dieu. Mais très vite, le ver du radicalisme s'est infiltré, et je n'ai plus eu qu'une vision binaire du monde : « J'ai raison, les autres ont tort. » Ça a duré environ cinq ans. C'est dans les livres que j'ai finalement trouvé la porte de sortie : j'ai découvert qu'il existait une confrérie soufie au Maroc, tellement plus tolérante, avec un maître encore vivant. J'ai pris mon sac, je suis parti. Et ma vie a basculé. Un peu comme dans les livres que je lisais !

Vous lisiez déjà  beaucoup ?
Enormément. Même si au début j'avais du mal : au CP, je souffrais d'une sorte de dyslexie. Je me suis accroché. En partant de la maison, mon père avait laissé plein de bouquins derrière lui : lire est devenu à  la fois un défi personnel et ma façon de le retrouver... Du coup, gamin, j'ai lu des trucs incroyables comme Psychopathologie de la vie quotidienne, de Freud, ou une biographie de Napoléon III ! Je ne comprenais pas tout, mais ça me fascinait. Il y avait soudain autre chose, au-delà  des murs de ma cité. Sénèque ou Alain ont compté énormément pour moi... L'école aussi, car elle m'a permis de ne pas subir l'inégalité linguistique : si un jeune n'arrive pas à  dire avec des mots ce qu'il ressent, il se fait entendre autrement. Et en général, pas de la meilleure façon.

Vous étiez donc un élève studieux... qui vendait de la drogue ?
J'étais une personnalité morcelée, presque schizophrène : bon élève d'un côté, délinquant de l'autre. Vers mes 13 ans, j'ai rejoint N.A.P. (New African Poets), le groupe de rap de mon frère Bilal. On racontait nos problèmes avec la drogue, la police, notre mal-être. Le rap était une catharsis.

Vous parlez du rap, mais vous êtes plutôt étiqueté slam (poésie parlée-chantée), au côté de Grand Corps Malade...
Je suis un rappeur. Un rappeur qui utilise le slam comme il utilise la chanson ou le jazz. C'est l'essence même du hip-hop : être une culture de l'ouverture et de la mixité. J'ai découvert les grands jazzmen - Miles Davis, John Coltrane -, ou encore James Brown et Marvin Gaye, parce que des rappeurs les samplaient. La plupart des gens ne comprennent pas le rap. Ils ne voient que la partie émergée de l'iceberg alors qu'il y a tellement plus de nuances, d'intelligence. Le rap est une véritable culture. Il faut sans cesse en renouveler l'esthétique, à  la fois dans le fond et dans la forme, en restant pertinent.

En défendant par exemple des textes très positifs...
Je suis dans une dynamique de l'espoir. Le cynisme ne fonctionne pas. Nous devons absolument relever le défi du « vivre ensemble », qui est le défi majeur posé au monde, particulièrement à  la France.

Ce message est-il perçu ?
Je reçois plein de messages très positifs, je discute énormément avec les gens des cités où je me produis. Beaucoup semblent se reconnaître en moi. J'ai le sentiment de libérer une parole, de donner du courage. Je leur montre qu'on peut se sortir des carcans et des discours formatés. Ils se disent : « S'il a pu le faire, pourquoi pas moi ? »

C'est aussi pour sortir des chemins balisés que vous, le rappeur, avez sollicité Gérard Jouannest, le pianiste de Brel et de Gréco ?
Avoir une spiritualité, c'est refuser la posture. On ne brandit plus de drapeau : on est, c'est tout. Le jour où je l'ai compris, ma manière d'être artiste a changé. Avant, il y avait des choses que je cachais de peur d'être trop décalé. Chacun traîne une image et un passé auxquels il se sent obligé de se conformer. Le soufisme m'a appris à  m'assumer totalement. Avant, je n'aurais peut-être pas osé aller voir Jouannest...

Et quand ce grand musicien dit qu'il a retrouvé avec vous la même intensité dans la création qu'il avait connue avec Brel ?
Quand il me l'a dit, j'étais émerveillé... Puis j'ai un peu stressé ! J'ai pensé : « La prochaine fois, il va réaliser qu'il s'est trompé ! » Jacques Brel, ma mère l'écoutait à  la maison. Et chaque fois que je le voyais à  la télé, je ressentais quelque chose de puissant. Ce gars en noir et blanc qui transpirait comme s'il allait mourir... Quel engagement ! Ce n'est que plus tard que j'ai découvert l'œuvre. J'ai acheté tous les disques, je suis devenu incollable.

Et vous, vous êtes un artiste engagé ?
Le simple fait de se mettre en avant est un engagement.

Pourtant, on ne vous a pas vu dans les meetings, lors de la dernière campagne électorale...
Il existe une ligne rouge à  ne surtout pas franchir. Dire « je vote pour tel ou tel », ça revient à  prendre en otage les gens qui vous aiment. C'est un abus de pouvoir. Je suis un homme libre, j'aime la liberté des autres.

Vous avez été approché par des formations politiques ?
Oui, mais je ne vous dirai pas qui. Elles étaient de gauche comme de droite. J'ai eu droit à  tout, de la rencontre officieuse dans un café à  celle, plus officielle, dans un ministère. Comme je suis quelqu'un de poli - ma mère m'a élevé comme ça -, j'accepte les invitations. Le proche collaborateur d'un homme politique m'a dit : « Votre discours est important, ce serait bien qu'on avance ensemble. » Mais ce n'est pas ma place.

C'est difficile de résister à  autant de sollicitations ?
Non, car je sais quelle est ma fonction. On ne demande pas à  un téléviseur d'être une machine à  laver. Avec les médias, je reste également très vigilant, je décline la plupart des interviews. Les médias ont besoin sans cesse de nourriture, je ne veux pas être leur hamburger. Une carrière, ça se gère. Comme une course de fond, pas comme un sprint. C'est grâce à  Juliette Gréco que je l'ai compris. Je ne vais donc que là  où je pense être à  ma place. Je ne suis ni un animateur social, ni un politique. Je suis un artiste.

Bien des rappeurs français ne partagent pas ce point de vue...
Je ne suis pas là  pour créer un consensus parmi mes pairs. Dans le hip-hop, malheureusement, nous fonctionnons beaucoup par modes. Il y a eu la vogue du rappeur racaille, puis celle du rappeur engagé. Depuis quelque temps, on entend beaucoup de choses du genre « nique Sarko ». On peut s'opposer à  des idées, mais pas par l'insulte. Je préférerais entendre parler de l'importance du système républicain, démocratique, laïque. Les insultes réduisent le rap à  une enfilade de slogans alors que, pour moi, c'est la musique du XXIe siècle, celle qui interroge notre temps. Le rap est le rock de maintenant. Les jeunes qui vivent une misère intellectuelle, spirituelle ou économique ont besoin de modèles qui leur montrent la nuance. Je ne prétends pas être un modèle, mais j'ai des exigences vis-à -vis de moi-même. Dès qu'on est mis en lumière, on a une responsabilité.

C'est par souci de responsabilité que vous avez écrit Saigne, un texte sur une bavure policière, racontée à  travers les points de vue croisés de la victime et du policier ?
Ce texte a une histoire. Nous sommes en 2004, je viens de sortir mon premier bouquin et je vais participer au Salon du livre. Je suis content, heureux. Le Salon du livre ! Et voilà  que je reçois un appel qui m'annonce : « Hassan est mort. » Comment ça ? Une bavure. Hassan, j'ai grandi avec lui. Pendant toute une époque, on ne se quittait pas. C'est incroyable, la vie : je suis là , au Salon, avec mes éditeurs et je pense à  Hassan, au moment où nos chemins se sont séparés. Et je songe aussi au policier qui va être jugé. Chacun a suivi sa perspective. On n'a pas le droit de mettre les gens dans un même sac, de généraliser, « les policiers sont comme ceci, les jeunes comme cela ». Ça ne sert qu'à  les déshumaniser. Voilà  comment, de façon instinctive, l'idée de ce texte à  plusieurs voix s'est imposée. Je suis moins cérébral qu'on pourrait le croire.

Le ressort pour l'écriture d'un texte de rap et pour celui d'un livre est-il le même ?
Non, rien à  voir. Quand j'écris un texte de rap, j'ai très peu de patience : s'il n'est pas fini en une heure, il ne m'intéresse plus ! Sur un livre, il s'agit d'un travail quasi méthodologique. Je reviens, je rature, je triture les phrases. J'écris par réflexion, pas par inspiration. Je viens de finir mon deuxième bouquin, qui parle de ma vision de l'art et de mon rapport au rap.

Vous avez encore le temps d'écrire, en étant sans cesse sur les routes ?
Oui, j'écris dans le car. Je travaille actuellement sur un projet collectif, Beni Snassen, avec de jeunes rappeurs que je vais produire cet hiver sur un nouveau label. Tout de suite après, il y aura le nouvel album de N.A.P., dont je fais toujours partie. Puis mon bouquin. Enfin, Gréco et Jouannest m'ont sollicité pour écrire... Quel honneur !

C'est différent d'écrire pour Gréco ?
Non, parce que c'est une interprète de folie, elle aime ce genre de challenge. Gréco refuse de se laisser enfermer dans sa légende. C'est une personne jeune, vivante, ouverte ! Voilà  ce qui me touche chez elle : sa capacité naturelle à  être toujours la fille de son temps.

Justement, vos textes racontent la France d'aujourd'hui : à  la parcourir de long en large, vous l'avez vue changer ces douze derniers mois ?
Oui. Le rapport au politique a changé. On l'a réinvesti. Dans les banlieues notamment, les jeunes se font davantage entendre - de façon encore maladroite, mais ça bouge. Quant à  la présidentielle, elle a engendré un phénomène assez paradoxal : alors qu'on perçoit une crainte liée au caractère du nouveau président, on ressent aussi un mouvement, un dynamisme réel, dans plein de milieux différents. J'observe tout ça de très près...

Vous croyez en Dieu. Vous croyez aux hommes ?
Le 11 Septembre nous a fait entrer dans le nouveau siècle. A nous de réagir. La seule question qui importe est de savoir si on veut faire partie de ceux qui vont œuvrer au redressement, ou bien continuer à  se laisser vivre et entraîner vers le fond. Je cite souvent le philosophe autrichien Wittgenstein : « La meilleure des choses qu'on puisse faire pour améliorer le monde, c'est s'améliorer soi-même. » Nous sommes le monde. Et le « vivre ensemble », on peut, on doit, on va y arriver. On n'a pas d'autre choix et, en un sens, c'est une chance. Je ne suis pas un donneur de leçons, juste un poseur de questions. Favoriser l'écoute et le dialogue, mon combat se situe là . J'essaie juste d'être un mec bien .

Propos recueillis par Valérie Lehoux

Télérama n° 3010 - 19 Septembre 2007
Modifié en dernier par Cécilia le 21 avr. 2008 3:11, modifié 5 fois.

Avatar du membre
ln.miaoum
Garce y mord - Abracadabra
Messages : 1539
Enregistré le : 02 mai 2006 1:22
Localisation : à  l'Ouest (d'LN)

Message par ln.miaoum » 21 sept. 2007 10:32

Je comprends mieux pourquoi il me touche autant ce gars...

Avoir pour références Brel, Gréco, marvin Gaye, avoir lu Freud, Sénèque...

Et puispour dire
Il existe une ligne rouge à  ne surtout pas franchir. Dire « je vote pour tel ou tel », ça revient à  prendre en otage les gens qui vous aiment. CÂ’est un abus de pouvoir. Je suis un homme libre, jÂ’aime la liberté des autres.
il est vachement objectif ce bonhomme...

Sans dec', que tous les intégristes, de tous bords, en prennent de la graine, je l'adore...
The notion of picking one time of year to be decent to other people is obscene because it's actually validating the notion of being miserable wretches the rest of the year.

Avatar du membre
douche
Chantons dessous
Chantons dessous
Messages : 2049
Enregistré le : 17 déc. 2006 17:50
Localisation : Rétablissons la vérité, quelque part dans le Pays de Gex

Message par douche » 21 sept. 2007 13:52

ln.miaoum a écrit :
Sans dec', que tous les intégristes, de tous bords, en prennent de la graine, je l'adore...[/color]
Tu parles pas de ma soeur j'espère? :mrgreen:
Plaisanterie mise à  part, c'est vrai qu'il est très bien ce petit gars.
Je l'avais entendu il y a quelques mois sur LCI à  propos du nombre de mots de vocabulaire qu'avaient les enfants selon leur milieu et il avait cloué le bec d'un spécialiste en disant que si il y avait plus de mixité dans les écoles, on en serait pas à  compter le nombre de mots qu'utilisent les enfants selon leur milieu.
Tout vient à point à qui sait se détendre.
Medor aime les caresses

Avatar du membre
Ephéméride
Chaperonne beaujolaise en taille basse
Messages : 3885
Enregistré le : 02 avr. 2007 21:38

Message par Ephéméride » 21 sept. 2007 14:11

Dire « je vote pour tel ou tel », ça revient à  prendre en otage les gens qui vous aiment. CÂ’est un abus de pouvoir.

l'isoloir a sa raison d'exister, en effet...
moi, je découvre Abd Al Malik l'homme en lisant ce fil et j'apprécie vraiment ce que je lis de lui.
Les certitudes sont de pâte molle, elles se modèlent à volonté. (Du Domaine des Murmures)

Avatar du membre
ln.miaoum
Garce y mord - Abracadabra
Messages : 1539
Enregistré le : 02 mai 2006 1:22
Localisation : à  l'Ouest (d'LN)

Message par ln.miaoum » 21 sept. 2007 22:41

douche a écrit : à  propos du nombre de mots de vocabulaire qu'avaient les enfants selon leur milieu .
Un jour, j'étais hilare, vaut mieux en rire hein, mais un journaliste faisait remarquer que certaines personnes n'avaient pas plus de 600 mots de vocabulaire, suite à  quoi le "spécialiste" a commenté: "ce qui est quand même deux fois plus qu'un chien policier"...
The notion of picking one time of year to be decent to other people is obscene because it's actually validating the notion of being miserable wretches the rest of the year.

jujuju
Buveuse abusive de Chartreuse
Messages : 2225
Enregistré le : 09 juil. 2007 16:59
Localisation : Paris

Message par jujuju » 21 sept. 2007 23:13

ln.miaoum a écrit :
douche a écrit : à  propos du nombre de mots de vocabulaire qu'avaient les enfants selon leur milieu .
Un jour, j'étais hilare, vaut mieux en rire hein, mais un journaliste faisait remarquer que certaines personnes n'avaient pas plus de 600 mots de vocabulaire, suite à  quoi le "spécialiste" a commenté: "ce qui est quand même deux fois plus qu'un chien policier"...
Blague de mauvais gout.. Je sais.

Edit: wouf :shock:
Vive.

Avatar du membre
ln.miaoum
Garce y mord - Abracadabra
Messages : 1539
Enregistré le : 02 mai 2006 1:22
Localisation : à  l'Ouest (d'LN)

Message par ln.miaoum » 21 sept. 2007 23:44

Ben dans le duo chien policer/policier, on n'a pas précisé qui parlait le plus... :roll:


:-)))
The notion of picking one time of year to be decent to other people is obscene because it's actually validating the notion of being miserable wretches the rest of the year.

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 04 oct. 2007 3:49

Mardi 2 octobre 2007... Arrivée à  l'Olympia assez tôt dans l'après-midi... trop tôt :oops: (on n'est jamais trop prudent...). Ouverture des portes comme prévu à  18 heures 30. Encore une heure et demie à  attendre. 20 heures : début de la première partie, c'est-à -dire Yael Naim. Elle chante en hébreu, en anglais et en français (ceci par exemple ou encore ceci) et ce n'est pas mal du tout (ce n'est pas l'avis de tout le monde :? ).





21 heures... :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: Abd Al Malik enfin !!! :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy:
Et c'est parti pour 2 heures de folie, de bonheur (le bonheur d'Abd Al Malik aussi était beau à  voir... :) ). Un concert énorme. L'ambiance est électrique et fervente en même temps. Les musiciens, dont Laurent de Wilde (qui est arrivé avec une béquille... heureusement, ça ne l'empêche pas de jouer du piano...), sont fabuleux (comme d'habitude).
:jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy: :jumpy:





Sinon, j'ai réussi à  prendre trois malheureuses photos... :oops: Au bout de trois photos, les gorilles de la sécurité ont voulu me confisquer mon appareil... Image
(Ils sont toujours aussi sympathiques à  l'Olympia ? :furax: Bon, je sais, on n'a pas le droit de prendre des photos, mais quand même... ) J'ai essayé de les prendre discrètement, mes photos, mais vu que j'étais au premier rang, je me suis fait repérer... :embaras: Comme invités, il y avait Wallen (la femme d'Abd Al Malik) et Tété, mais je ne peux pas vous les montrer... :(


Donc, j'ai deux photos ratées et puis j'ai celle-ci... :love:

Image

Elle est un peu floue, mais c'est la moins ratée...


Faudrait juste qu'Abd Al Malik apprenne à  s'habiller... :-s Parce que là , il s'est surpassé... Et encore sur cette photo, on ne voit pas grand-chose...










Mercredi matin, il a fallu retourner au boulot... :-(( La journée a été un peu bizarre, un peu « planante »... :roll:
Modifié en dernier par Cécilia le 04 janv. 2008 1:13, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Stéfanie
"Qu'est ce que tu fais pour la soirée?"
"Qu'est ce que tu fais pour la soirée?"
Messages : 7881
Enregistré le : 03 juil. 2006 17:55
Localisation : chez Diane
Contact :

Message par Stéfanie » 04 oct. 2007 8:43

ccl a écrit : la première partie, cÂ’est-à -dire Yael Naim. Elle chante en hébreu, en anglais et en français ceci)
et ce nÂ’est pas mal du tout (ce nÂ’est pas lÂ’avis de tout le monde :? )
.
...je voulais le dire :mrgreen:
...elle n'a pas fait la reprise de Britney Spears cette fois-ci ??? ^^ ...parce que là , euuuh, je veux pas dire mais...ça donne envie de se jeter du balcon haut...:mrgreen:
...c'est bon, j'arrête ^^ ...tant mieux que ça t'ait plu :wink:

Pour les Kéhuls de l'Olympia : lors du concert de Vincent Delerm on n'avait pas de soucis avec eux, mais il parait qu'ils sont assez souvent moyennement indulgents avec les appareils photo... :?
...mais si je me trompe pas ça dépend pas uniquement de la salle mais aussi de la société de prod'...comme la fouille à  l'entrée, quoi...:roll:

...mais bon, avec ou (presque) sans photos : merci pour la revue de concert - contente que t'aies passé une bonne soirée :D
"Je voyais passer des ombres, et quand je les appelais, comme dans un autre monde, le brouillard les avalait..."
- monsoleiiil -
"Celui qui anticipe tous les dangers ne prendra jamais la mer."

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 05 oct. 2007 2:21

Stéfanie a écrit :...elle n'a pas fait la reprise de Britney Spears cette fois-ci ??? ^^
Image :-s Je ne sais pas... :roll: Le souci, c'est que je ne connais pas très bien le répertoire de Britney Spears, donc je suis totalement incapable de reconnaître une reprise de Britney Spears... :mrgreen: Je n'ai pas ta culture musicale... :-)p


Stéfanie a écrit :Pour les Kéhuls de l'Olympia : lors du concert de Vincent Delerm on n'avait pas de soucis avec eux, mais il parait qu'ils sont assez souvent moyennement indulgents avec les appareils photo... :?
Ils n'avaient qu'à  ne pas me laisser entrer avec mon appareil photo... :-)p Pourtant, l'un des gorilles a regardé mon sac et avec une lampe de poche en plus, mais il n'a rien vu. :roll: Efficace, le contrôle... :mrgreen:

Avatar du membre
Ananais
Un album sur Colette et l'apéro à 17°
Un album sur Colette et l'apéro à  17°
Messages : 1552
Enregistré le : 24 févr. 2006 0:20
Localisation : dans la ville Lumière
Contact :

Message par Ananais » 05 oct. 2007 9:30

ccl a écrit :
Stéfanie a écrit :...elle n'a pas fait la reprise de Britney Spears cette fois-ci ??? ^^
Image :-s Je ne sais pas... :roll: Le souci, c'est que je ne connais pas très bien le répertoire de Britney Spears, donc je suis totalement incapable de reconnaître une reprise de Britney Spears... :mrgreen: Je n'ai pas ta culture musicale... :-)p
Si je me souviens bien c'est celle-là  qu'elle a chanté. Bon elle a refait tous les arrangements mais les paroles sont toujours aussi navrantes :? ! Perso j'ai trouvé qu'elle avait une jolie voix, mais ce qu'elle chante m'emballe pas du tout (je sais pas si elle vous a fait sa chanson avec une phrase en anglais et une en français... l'idée en elle-même est sympa mais c'est pas une raison pour faire des paroles aussi mauvaises :roll: )


ccl a écrit :
Stéfanie a écrit :Pour les Kéhuls de l'Olympia : lors du concert de Vincent Delerm on n'avait pas de soucis avec eux, mais il parait qu'ils sont assez souvent moyennement indulgents avec les appareils photo... :?
Ils n'avaient qu'à  ne pas me laisser entrer avec mon appareil photo... :-)p Pourtant, l'un des gorilles a regardé mon sac et avec une lampe de poche en plus, mais il n'a rien vu. :roll: Efficace, le contrôle... :mrgreen:
Pour Delerm on nous avait même pas fouillées :wink:
Quand je veux m'jetter du pont du Carroussel
Je me dis finalement non la vie est belle
Quand quelqu'un me dit Dieu que la vie est belle
J'voudrais me jeter du pont du Carroussel

Avatar du membre
Stéfanie
"Qu'est ce que tu fais pour la soirée?"
"Qu'est ce que tu fais pour la soirée?"
Messages : 7881
Enregistré le : 03 juil. 2006 17:55
Localisation : chez Diane
Contact :

Message par Stéfanie » 05 oct. 2007 22:02

ccl a écrit :je suis totalement incapable de reconnaître une reprise de Britney Spears... :mrgreen: Je n'ai pas ta culture musicale... :-)p
...je vise juste si je prends ça pas forcément pour un compliment ??? ^^

:mrgreen:
Ananais a écrit :Si je me souviens bien c'est celle-là  qu'elle a chanté.
...ouais, c'était ça, je pense...Image...d'un coup j'suis plus sure...je l'ai effacée de ma mémoire, je crois ^^
...sinon, oui, elle a une jolie voix...mais si les paroles me parlent pas du tout, ça fait pas d'effet...faut dire que j'avais aussi du mal avec les arrangements...:roll:
...bref, à  chacun ses goûts :wink:

Ananais a écrit :Pour Delerm on nous avait même pas fouillées :wink:
...ouais, et (heureusement^^) ils ont même pas demandé si on avait des appareils photos...hein, Anaïs...?!?! :mrgreen:

...oui, je sais : "gnagnagnagnagna" ^^

:-x-:
"Je voyais passer des ombres, et quand je les appelais, comme dans un autre monde, le brouillard les avalait..."
- monsoleiiil -
"Celui qui anticipe tous les dangers ne prendra jamais la mer."

Avatar du membre
Ananais
Un album sur Colette et l'apéro à 17°
Un album sur Colette et l'apéro à  17°
Messages : 1552
Enregistré le : 24 févr. 2006 0:20
Localisation : dans la ville Lumière
Contact :

Message par Ananais » 05 oct. 2007 22:19

Stéfanie a écrit : ...ouais, et (heureusement^^) ils ont même pas demandé si on avait des appareils photos...hein, Anaïs...?!?! :mrgreen:

...oui, je sais : "gnagnagnagnagna" ^^

:-x-:
Je ne m'abaisserai même pas à  faire un GNAGNAGNAGNA :-)p ...
J'y peux rien si je suis trop honnête... :roll:
Quand je veux m'jetter du pont du Carroussel
Je me dis finalement non la vie est belle
Quand quelqu'un me dit Dieu que la vie est belle
J'voudrais me jeter du pont du Carroussel

Avatar du membre
Cécilia
Change de monomanie de temps en temps
Messages : 1126
Enregistré le : 02 nov. 2006 0:12

Message par Cécilia » 06 oct. 2007 2:06

Stéfanie a écrit :
ccl a écrit :je suis totalement incapable de reconnaître une reprise de Britney Spears... :mrgreen: Je n'ai pas ta culture musicale... :-)p
...je vise juste si je prends ça pas forcément pour un compliment ??? ^^

:mrgreen:
o:-)

Répondre